#Chroniquelittéraire : L’énigme de la chambre 622 – Joël Dicker

Hello tout le monde ! 

Comment ça va ? On se retrouve aujourd’hui pour une nouvelle chronique littéraire sur l’Enigme de la chambre 622 de Joël Dicker.

Let’s go !

Crédits

Résumé : Une nuit de décembre, un meurtre a lieu au Palace de Verbier, dans les Alpes suisses. L’enquête de police n’aboutira jamais. Des années plus tard, au début de l’été 2018, lorsqu’un écrivain se rend dans ce même hôtel pour y passer des vacances, il est loin d’imaginer qu’il va se retrouver plongé dans cette affaire. Que s’est-il passé dans la chambre 622 du Palace de Verbier ? 

Date de parution : 27 mai 2020

Editions : De Fallois / Paris

Nombre de pages : 570 pages de lectures

Note : ****/5 (17/20)

Mon avis : Clairement, j’ai adoré ce livre. J’ai lu de nombreux commentaires / critiques et je ne savais pas trop à quoi m’attendre. En effet, la plupart des critiques que j’ai lues étaient négatives ou n’incitaient pas à lire ce livre. Sincèrement, je ne regrette pas de ne pas avoir suivi leurs conseils. 

Pourquoi ? 

  • Déjà parce que l’écriture de Joël Dicker vaut vraiment le coup. 
  • Ce livre est un très bel hommage à son éditeur 
  • Il nous a emmené là où il voulait nous emmener. 

Le livre commence très bien, avec le Meurtre … Mystère non résolu pendant près de 20 ans. Au début, les retours vers le passé m’ont dérouté. Je ne voyais pas là où il voulait emmener son lecteur. Ce qu’il faut savoir c’est que le livre est divisé en deux parties : avant le meurtre et après le meurtre. Cela aide le lecteur à comprendre plus facilement ce qu’il s’est passé dans cette chambre. 

Le livre est écrit à la première personne, ce que j’ai apprécié – pour la partie contemporaine et d’un point de vue externe voire omniscient pour certains passages, dans le passé. L’histoire est très bien menée. Chaque personnage a un rôle à jouer soit dans le présent, soit dans le passé. Des indices sont disséminés un peu partout dans le roman et jusqu’au bout, on a l’impression que nos idées sont des certitudes. Je me suis même entendue dire « Ah bah tient, c’est évident, c’est forcément lui / elle le / la coupable ». 

J’ai été sidérée par la fin. Et sincèrement, je ne suis pas peu fière de ne pas avoir trouvé la tueuse / le tueur. J’ai eu une très bonne surprise à la fin. 

Il est clair que Monsieur Dicker a réussi à amener le lecteur là où il le voulait, jusqu’au bout, j’étais certaine des hypothèses que j’avançais. Il les a démontée une par une.

Ce que j’ai aimé aussi dans ce livre, c’est qu’il n’y a pas de « moment mou », malgré les nombreuses narrations, mais il y a une fluidité dans l’écriture qui fait que le livre se lit d’une traite.

Sur Facebook, j’ai publié ma lecture et quelqu’un m’a dit dans les commentaires que le livre semblait écrit pour une adaptation télévisée. Je suis bien d’accord. L’énigme de la chambre 622 ferait un excellent script pour une éventuelle adaptation télévisée. 

Est-ce que je vous le recommande ? Bien sûr, ne serait-ce que pour vous faire votre propre opinion. Sincèrement, j’étais tellement prise dans la lecture que je l’ai lu en 1 journée 1/2 (faut bien se nourrir quand même et se laver ^^ : commencé le vendredi après-midi, fini le dimanche dans la matinée).


Je vais vous laisser là pour cette chronique. 

Je vous fais des bisous 

Elodie 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s