#ChroniqueLittéraire : pourtant je leur avais dit – Cassie Harte

Hello tout le monde !

Comment ça va aujourd’hui ? Je vous retrouve ce jour pour une nouvelle chronique littéraire : « Pourtant je leur avait dit » de Cassie Harte.

Let’s go !


Crédits 

Résumé : Depuis toujours, Cassie est considérée par sa mère comme une moins que rien. Elle est la fille à qui on donne des corvées et sur qui on peut se défouler. Pire : elle laisse Cassie à la merci d’un homme qui dit être son « oncle » et qui abuse d’elle dès l’âge de six ans… Il lui affirme que c’est sa façon de lui montrer qu’il l’aime. Le calvaire dure des années. Avec courage, un jour, Cassie raconte tout à sa mère.

Mais celle-ci refuse de faire quoi que ce soit pour la protéger. Plus tard, Cassie comprendra pourquoi sa mère n’a pas levé le petit doigt. Et avec horreur, la jeune fille, va apprendre qui est vraiment l’homme qui a abusé d’elle… L’émouvante histoire vraie d’une petite fille à l’enfance sacrifiée. 

Date de parution : 2014 

Nombre de pages : 288 pages. 

Editions : City (Collection témoignage)

Note : *****/5 (17/20) – Même si soyons honnête 2 minutes, il est impossible de noter un livre témoignage car cela reviendrait à dénigrer ou non ce qui est arrivé. 

Mon avis : J’ai été bouleversée par ce livre, il n’y a pas d’autres mots. Un témoignage fort et qui nous met « dans l’ambiance » dès les premières lignes. Cassie est une petite fille de 5/6 ans qui est délaissée par sa mère, celle-ci la considère comme son bouc-émissaire et comme son souffre douleur – plus la petite fille souffre, plus elle est heureuse …. Clairement, sa mère est une psychopathe : elle a 4 autres enfants et ceux-ci sont « considérés » normalement. Ils n’ont pas droit aux corvées, peuvent jouer dans le jardin et ne sont pas responsable lorsqu’ils font une bêtise. Bref, tout ce que Cassie ne peut pas faire. Cassie Bénéfice de l’attention de « Oncle Bill », que sa mère considère comme son héros etc … bref, rien ne va dans cette famille. Tout le monde voit, mais personne ne dit rien et personne n’agit … ni son père, ni ses grands-mères, ni même les voisins. Oncle Bill vient bien trop souvent à la maison et lui porte un attention très malsaine, vraiment malsaine – Il veut « jouer » avec elle et qu’elle « joue » avec son jouet ….. La description des scènes est assez explicite quant aux intentions de Oncle Bill. Tout le livre, ce ne sont que des souvenirs de Cassie. Sa mère et son « oncle » lui dise que c’est une menteuse et que personne ne la croira si elle dit quelque chose…. et ils ont malheureusement raison car lorsqu’elle dit à sa mère que Oncle Bill lui a fait du mal, cette dernière lui répond qu’elle dit des bêtises et que Bill n’est pas comme ça. 

Il faut remettre le livre dans son contexte : L’histoire se déroule dans les années 50, dans l’après-guerre, où tout le monde se relève petit à petit. Si ces choses sont malheureusement encore taboues aujourd’hui – imaginez un peu dans les années 50 ...

Bref, La petite Cassie se retrouve toute seule contre tous et malheureusement, cela aura un impact sur sa vie future : mariée 3 fois, dont 2 fois avec des hommes violents, 3 enfants dont 1 lui sera retiré dès la naissance …. Bref, la vie s’acharne sur cette pauvre petite fille. Jusqu’à la fin, on y croit à cette « Deuxième chance » qui fera qu’elle trouvera quelqu’un de bien. Même dans ses derniers instants, sa mère est exécrable …. (et encore, je reste polie mais jusqu’au bout sa mère n’aura été qu’une sombre c***** ) qui faisait la pluie et le beau temps dans la vie de Cassie. Elle aura toujours un impact sur celle qu’elle ne considère pas comme sa fille, sauf lorsqu’il y a du public …. Sa mère a fauté (Cassie est née en 1945, alors que son père venait de rentrer de 2 ans à l’étranger …) mais elle fait rejaillir sur Cassie cette faute et la laisse à la merci d’un homme abjecte et atteint psychologiquement. 

Rien ne va dans sa vie : le garçon qu’elle a aimé en premier s’avère être son demi-frère, le fils de Oncle Bill (Elle est donc sa fille, née d’une relation adultère de sa mère et de Oncle Bill) – Même si tout le monde connaît la vérité, tout le monde se tait. Je sais que cela est plus facile à dire qu’à faire car cela nous mets face à nos fautes, mais il y a quand même des limites qu’il ne faut pas franchir et réfléchir un peu – même si cela nous cause du tort car ici, c’est la vie d’une enfant qui est en jeu. 

J’étais contente de lire ce témoignage, cela faisait un moment qu’il me faisait envie. Je pense que le fait qu’elle ait écrit un livre lui aura permis de vivre sa nouvelle vie de manière plus tranquille. Il faut en parler ! Ça n’est pas un sujet qui doit être pris à la légère et qui doit être signalé, au moindre soupçon. Ne laissez plus faire … 

Est-ce que je vous recommande de lire ce livre ? Si vous n’êtes pas dans un état d’esprit très mélancolique, Alors vous pourrez sans crainte lire ce livre : (je vous avouerai que quand j’ai lu les dernières lignes, j’étais contente car je me suis dit « Enfin, son calvaire est terminé »). C’est un livre qui ne vous laissera pas indifférent soyez-en certain(e)s


Je vais vous laisser là pour cette chronique. Je vous retrouve la semaine prochaine. 

Des bisous, Bonnes lectures !! 

Elodie 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s