#Chroniquelittéraire : Belle époque – Elizabeth Ross

Hello tout le monde ! 

Comment ça va ? Je vous retrouve aujourd’hui pour vous parler de ma dernière lecture : Belle époque de Elizabeth Ross

Let’s go ! 


Crédits 

Résumé : À, Paris, tout se vend…. À 16 ans, Maude fuit la Bretagne pour Paris, capitale en ébullition à la veille de l’Exposition universelle de 1889. Face aux difficultés pour subsister, elle postule à l’annonce d’une agence qui fournit des faire-valoir et chaperons aux jeunes filles de bonnes familles. Grâce à ce poste ingrat, Maud prend son destin en mains…

Date de parution : 2013

Editions : Robert Laffont 

Nombre de pages : 400 pages sans la nouvelle de la fin. 

Note : 12/20 

Mon avis : Je suis déçue mes amis ! Je pensais que j’allais adoré et retrouver une lecture du genre « Jane Austen » Mais pas du tout. Bien que la couverture soit magnifique, cela n’empêche pas que la lecture a été laborieuse. J’ai eu du mal à aller jusqu’au bout. Vous le savez, tout ce qui es d’époque j’aime beaucoup. Ici,, je m’attendais à autre chose : un peu plus de romance, un peu plus de complots … Eh bien que nenni mes amis ! Ce fut long : concrètement, il ne se passe pas grand chose dans cette histoire — à un moment on se dit « ah peut être que ça va …. – et puis non …. J’avoue que je n’ai pas été transcendée par la lecture de ce livre. C’est dommage, c’était tellement prometteur. 

Le pitch : Maude Pichon débarque de sa Bretagne Natale – Déjà on est dans le cliché Paris / Province tout le long (les accents etc etc …) – et pense que la vie à Paris va être Merveilleuse … Elle fuit un mariage avec le Boucher de son village, 30 ans de plus qu’elle bref un carnage. N’ayant pas grand chose, elle postule à l’agence Durandeau, qui cherche des faire-valoir laides pour ses clientes. Bon déjà, la beauté s’est subjectif hein, on ne vas pas se mentir. La plupart des filles engagées sont passables voire carrément laides – elles sont décrites plus comme ayant des têtes d’animaux qu’autre chose …. Passons. 

Maude est embauchée par la comtesse, pour servir de faire-valoir à sa fille Isabelle – Qui n’est au courant de rien et qui ne rêve que de rentrer à La Sorbonne, grand bien lui fasse. Elle refuse de se marier bref et le rôle de Maude sera de la pousser à faire le contraire, se marier etc …. Bon … Voilà voilà. Il faut savoir que le Roman a été fortement inspiré de la nouvelle de Zola « Les repoussoirs ». Maude devient envieuse, bref ce roman nous montre les travers de ces faire-valoir etc comme la vanité, l’orgueil … Que du beau monde quoi ! 

Passez votre chemin. 


Est-ce que je vous recommande ce livre ? non. 


Voilà, je vous fais des bisous ❤ 

Vous souhaite de bonnes lectures

A bientôt, 

Elodie 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s