Chronique littéraire #104 : Les âmes Pirates, L’intégrale – J.K Gras

Hello tout le monde ! 

Comment ça va en ce début de weekend ? Je vous parle de ma dernière lecture : Les âmes pirates, l’intégrale de J.K Gras. 

Let’s go ! 


Crédits 

RésuméSeptembre 1750
Une bande de pirates m’a enlevée dès mon arrivée dans le Nouveau Monde. Je suis Florence de l’Aigle, fille du marquis des Acres. Si vous trouvez ce message, s’il vous plaît, prévenez Monsieur Conor Mc Pherson à Charleston. 

J’ai peur.
J’ai mal.
J’ignore pourquoi ils s’en sont pris à moi. Ils ne réclament aucune rançon.
Nous faisons voile vers Tortuga. Par pitié, venez à mon secours !

Comment Florence de l’Aigle a-t-elle pu se retrouver à bord d’un infâme brick en partance pour La Nouvelle Orléans ? Qui a commandité son enlèvement ? Survivra-t-elle à ces pirates sanguinaires ? Prisonnière de ces maudits forbans, elle vivra des épopées maritimes qui révèleront en elle une force peu commune.Florence n’aura de cesse de lutter pour sa liberté. Une soif de vivre que plus rien ne saura étancher.

Editions : JKG 

Nombre de pages : 365 pages 

Note : 14/20 

Mon avis : Bon alors j’ai un avis en demie-teinte pour ce livre. Pourquoi ? Eh bien tout simplement parce que j’ai lu ce livre d’une traite. J’ai beaucoup aimé l’histoire. Parlons-en justement : Florence, une Jeune noble est enlevée par un pirate pour le compte d’un homme mystérieux. Personne ne veut rien lui dire. Cependant, Florence n’a rien à voir avec une jeune demoiselle en détresse d’une part parce qu’elle est loin de la jeune pucelle qu’elle devrait être. En gros, c’est la honte de sa famille : elle a goûté les plaisirs de la Chair avant le mariage. Bon ok, au 18e siècle c’est pêché mais bon. Elle se fait enlever et personne ne s’inquiète …. J’ai trouvé cela un petit peu tiré par les cheveux mais bon, ça n’est que mon avis. 

D’autre part, parce qu’elle est loin d’être bête. Elle a compris que pour survivre dans cet environnement hostile, elle devra devenir un « homme » : faire les combats notamment. A mon avis, elle souffre d’un bon gros syndrome de Stockholm : elle craque pour le beau pirate qui la retient captive dans sa propre cabine ! Ça change, parce que d’habitude, dans ce genre de lecture, ce sont les hommes qui sont les obsédés – ici, on n’en parle que dans la 2e partie. 

Ah bah oui parce que le livre est divisé en 2 parties : Une partie du point de vue de Florence, une partie du point de vue de Michael le Pirate. Il va de soi que j’ai moins bien aimé cette partie racontée par le pirate. Déjà, je n’ai pas aimé la fin, je suis restée sur ma faim. Je n’en dirais pas plus car je ne souhaite pas vous gâcher la surprise. 

Quand on découvre qui est derrière la machination, je me suis dit « non, c’est abusé ». 

Après, c’est quand même une belle ode à la liberté prônée par Florence, mais aussi par Michael. 


Est-ce que je recommande ce livre ? C’est à vous de vous faire votre propre idée. Malheureusement, c’est une petit déception pour moi. 


Je vous souhaite de bonnes lectures, 

Des bisous 

Elodie 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s