#Lecture : Le contrat – Tara Jones

« Un bon livre avec des incohérences au niveau du droit français »

Hello tout le monde ! 

Comment ça va en ce moment ? Ici, il faut un temps vraiment pourri donc vous avez le choix entre prendre un livre ou regarder les films de Noël. Même si je ne crache pas sur ces derniers, je préfère de loin lire un livre, d’autant que ma pile à lire est assez conséquente et que je me suis quand même lancée pour défi de la terminer avant la fin de l’année 2019. 

Aujourd’hui, je vais vous parler des deux premiers tomes de la Saga « Le Contrat » par Tara Jones

Let’s Go ! 


Crédits 

Résumé : « Elle lui a vendu son corps, saura-t-il conquérir son coeur ? »

Après la faillite de son père, Angeline supplie son principal créancier, Geoffrey, d’éponger ses dettes. Il lui propose alors un arrangement d’un genre particulier : un contrat de mariage aux clauses multiples et variées… Angeline accepte d’épouser cet homme qu’elle n’a jamais vu. Mais elle n’avait pas prévu qu’il soit aussi attirant… Luttant contre sa culpabilité et ses peurs, elle ne peut s’empêcher de se poser une question : pourquoi lui a-t-il proposé de l’épouser ?

Le mariage se rapproche un peu plus chaque jour. Lancaster et Angeline parviendront-il à oublier ce contrat pour se faire totalement confiance ?

Date de parution : 2017

Editions : Hugo Roman 

Nombre de pages : 437 pages. 

Note : 7/10

Mon avis : Avant de lire ce livre j’avais lu pas mal de critique – pas toutes bonnes malheureusement. Je suis quand même mitigée. C’est un bon livre attention, mais simplement, il y a beaucoup d’incohérences notamment avec le droit français.

Que je vous explique, la juriste qui est en moi a sauté au plafond dès les premières pages puisque le roman s’ouvre sur le « contrat » passé entre Angéline « Barbie » et Geoffrey Lancaster. Je vous ai dit que j’étais juriste ? Oui ?! Alors le contrat sur le corps humain étant totalement interdit en France, je suis surprise que Sarah, l’amie AVOCATE (et j’insiste sur ce point) propose des clauses qui ne sont pas très légales !! Les clauses telles que « Mlle Beaumont s’engage à remplir son devoir d’épouse. Elle ne pourra se refuser à son devoir … » ou encore « Durant la première année de mariage seulement, Mlle Beaumont sera sous pilule contraceptive …. » mais aussi il est stipulé qu’elle n’a pas le droit d’avorter … On va pas se mentir, je n’ai rien d’une féministe en herbe hein, je ne suis pas spécialement pour la supériorité des femmes sur les hommes et inversement, mais le fait que le livre s’ouvre sur de telles clauses m’a fait sauté au plafond. 

Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas besoin d’être féministe à fond pour qu’une femme puisse disposer librement de son corps. C’est son corps, sa vie ! Si elle souhaite avorter, qu’elle le fasse. Aucun homme ne devrait avoir à juger de ce qu’une femme peut faire ou non avec son corps. Et surtout, la juriste en moi se rappelle la Loi Simone Veil « IVG » de 1975 ! Si le livre se déroulait aux Etats-Unis, j’aurai compris un tel contrat puisque tout ou presque est autorisé là bas !  En revanche, en France, les contrats sur le corps humain sont TOTALEMENT INTERDITS !!! J’ai eu un doute au début de la lecture puis j’ai compris que l’intrigue se déroulait à Paris donc bon. J’étais en fusion tout le livre ! 

Les personnages : 

  • ANGÉLINE m’a tapé sur le système tout le long ! Elle est très versatile comme femme. Enfant Gâtée, elle aime l’argent et cherche à chaque fois qu’elle le peut de son futur époux … c’est quand même un peu limite. Elle l’aime puis le déteste. Terriblement immature comme femme. Je comprends qu’elle puisse avoir ses secrets – on en a tous, mais enfin ! Pose des c**** à un moment donné ma grande ! Faut pas pousser non plus ! 
  • LANCASTER : pour sa part, j’ai bien aimé son personnage, même s’il s’agit d’un c****** fini ! Mais bon, c’est ce qui fait les meilleures histoires. On sent que grâce – à cause ?- de la jeune femme, il change de comportement. Les 2 tomes que j’ai lu se terminent sur son point de vue à lui. On a pas besoin de la dernière phrase pour comprendre ce qu’il ressent vraiment pour Angéline. Mais bon, 400 pages pour nous l’admettre …. c’est un peu long 
  • AIDEN et LUKE : Ce sont les deux meilleurs amis de GEOFFREY. De loin AIDEN est mon personnage préféré ! Il est bon vivant, a une joie de vivre à toute épreuve. Je l’ai bien apprécié dans l’histoire. Quant à Luke, on le découvre au fil du temps et bien qu’il joue les gros durs avec les filles etc et qu’il ait des pratiques sexuelles que tout le monde n’a pas, lorsqu’il rencontre JUSTINE, l’une des meilleures amies d’ANGÉLINE, c’est le drame ! Je ne vous en raconte pas plus par peur de vous spoiler. 
  • JUSTINE et SARAH : sont les deux meilleures amies d’ANGÉLINE. SARAH est l’avocate (présentée comme cela dans le livre mais pas convainquant à mon goût) et JUSTINE, architecte d’intérieur. Elles sont présentes pour leur amie quand celle-ci signe son « contrat ». 

Toutefois, il y a quand même quelques points positifs dans ce livre : 

  • Il y a beaucoup d’humour ! Beaucoup de scènes cocasses. 
  • Les liens d’amitié sont vraiment géniaux ! Ce sont des vraies amitiés ! 

Je vais vous laisser là pour cet article. 

Je vous fais des bisous, je vous dis à très bientôt pour un prochain article. 

See you ❤ 

Elodie 

#Lecture : Wild Season – Christina Lauren

« J’ai eu beaucoup de mal à aller jusqu’au bout des livres »

Hello tout le monde ! 

Comment ça va ? Moi je suis arrêtée encore pour quelques jours, du coup j’en profite pour lire – beaucoup – et pour avancer dans ma pile à lire. Qui sait, je vais peut être réussir à tenir mon défi de lire la pile Avant la fin de l’année – Je vous en parle ici

Aujourd’hui je vais vous parler de ma lecture la plus récente : la saga Wild Season des Auteurs Christina Lauren

Let’s go ! 

Cette saga se compose de 5 tomes : je vous en dis plus ci-dessous. 


T.1 Sweet Filthy Boy 

Crédits

Résumé« Quand tout commence par une folle virée entre fille »

Mia et ses deux meilleures amies, fraîchement diplômées, projettent de passer un dernier week-end de folie à Las Vegas avant le début de leur vie d’adulte. Elles sont loin d’imaginer ce que je strip leur réserve….

Après une nuit tumultueuse à s’amuser avec trois étranger sexy, Mia se réveille et découvre qu’elle a noué un pacte avec ses amies. Ivre, elles ont épousé les beaux garçons qu’elles venaient de rencontrer. Et maintenant, Ansel, le séduisant français, l’invite à passer l’été à Paris, lui promettant des nuits passionnées dans la cité de ses rêves.

Ce qui commence à Vegas…. se conclut à Paris !

Edition : Hugo Roman 

Collection : New Romance

Date de parution : 2015

Nombre de pages : 350 pages

Note : 6/10


T.2 – Dirty Rowdy Things

Crédits

Résumé : « Tomber amoureux de son ex peut se révéler addictif »

 » Coucher avec son ex, c’est ennuyeux, à moins de tomber amoureux pour de bon.  » Contrairement à ses meilleures amies, Mia et Lola, Harlow Vega est connue pour flirter en permanence. En un week-end à Las Vegas, elle a le temps d’épouser un robuste pêcheur canadien au charme ravageur, Finn Roberts, et d’éprouver ses dons particuliers à l’horizontale –; ses mains musclées, ses lèvres, son corps tout entier… Bref, Finn est l’homme idéal. À un détail près : tout était facile, torride et excitant jusqu’à ce qu’il retourne travailler dans son lointain Canada. Harlow n’est pas prête pour une relation suivie mais leurs retrouvailles pleines de tension sexuelle leur permettant à tous les deux d’échapper à la réalité. Ni l’un ni l’autre ne sait comment gérer cela. Une nuit ensemble, puis une autre, et le mystérieux voyage d’affaires de Finn se prolonge pendant des semaines. Ils sont d’accord sur un point : aucune limites au lit, mais très rapidement, leur plan-cul commence à ressembler à une vraie relation. Et pour deux accros du contrôle, le dernier plongeon est le plus difficile.

Edition : Hugo Roman 

Collection : New Romance

Date de parution : 2015

Nombre de pages : 400 pages

Note : 6/10


T.3 – Dark Wild Night 

Crédits

Résumé : « Une nuit torride peut-elle faire oublier le véritable amour ? »

Oliver et Lola se félicitent d’avoir eu le bon sens de ne pas consommer leur mariage hâtif à Las Vegas, sinon ils ne seraient pas devenus bon amis. C’est la version officielle : En réalité, Lola et Oliver Sont fous l’un de l’autre et ce, depuis le 1er jour. 

Parfois, il faut un certain temps pour voir ce qui est sous son nez. Et parfois, une soirée trop alcoolisée à Vegas constitue le début d’une belle histoire.

Edition : Hugo Roman 

Collection : New Romance

Date de parution : 2015

Nombre de pages : 400 pages

Note : 7/10


T.4 – Wicked Sexy Liar 

Crédits

Résumé : Tout ce dont London Hughes a besoin pour être heureuse, c’est de ses amis, de sa dose quotidienne de surf et de la distraction offerte par son boulot de barmaid. Son attachement à sa petite routine ne l’empêche pas de s’accorder du bon temps avec Luke Sutter, un nouveau venu qui promet de faire des vagues dans sa vie. Si Luke pensait seulement à s’amuser au moment de rencontrer London, il réalise assez rapidement qu’il a envie de développer autre chose avec elle. London a beau être tentée, quand elle apprend qui fait partie du passé de Luke, l’idée de construire une relation solide avec lui perd de son éclat… Et le flirt anodin et audacieux se transforme soudain en un sujet épineux qu’elle préfère éviter.

Edition : Hugo Roman 

Collection : New Romance

Date de parution : 2016

Nombre de pages : 400 pages

Note : NON LU 


T.5 – Not Joe Story 

Crédits 

Résumé : Quand trois meilleures amies fraichement diplômées, rencontrent à Végas, un trio de séducteurs sexy…Tout peut arriver…

 » Comment éviter de tomber amoureux de l’ex- copine d’un de ses meilleurs amis ? « 

Not-Joe (surnom de Dylan), c’est le pote disponible et attentif, qui réconforte.

Quel que soit le nom qu’on lui donne, il est le personnage aussi hilarant que mystérieux du groupe d’amis de la série wild Seasons.

Pour la première fois, découvrez le monde de Not- Joe – son univers burlesque, aussi drôle que tendre – lorsqu’il rencontre, Perry, qui n’est autre que… l’ex d’Ansel, le beau Frenchie.

Edition : Hugo Roman 

Collection : New Romance

Date de parution : 2016

Nombre de pages : 96 pages

Note : NON LU 


Total des Notes : 6,33/10 de moyenne

Pourquoi ces notes ? Tout simplement parce que j’ai eu beaucoup de mal à aller jusqu’au bout des livres ! D’habitude, j’aime beaucoup ce genre de roman, mais là, j’avoue que j’ai eu du mal à aller jusqu’au bout. En effet, j’ai mis ces notes tout simplement parce qu’il y a beaucoup TROP de scènes de sexe à mon goût. C’est à croire qu’ils ne font que ça tout au long de leur vie.

Dans le T.1, on suit MIA et le Beau ANSEL (le Français). Les deux se rendent à Paris, ville de l’Amour et là Ô magie, ils passent plus de temps dans un lit et à s’emboiter qu’autre chose. Alors les scènes de sexe ok, mais pas toutes les deux ou trois pages s’il vous plaît !

Dans le T.2, on suit HARLOW et FINN (Le canadien). Et là, rebelote, encore du sexe, beaucoup de sexe. Même si j’ai beaucoup apprécié la relation Fini / Harlow, sincèrement j’ai sauté beaucoup de pages pour arriver finalement à des scènes où ils discutaient, sans se déshabiller. 

Dans le T.3, on suit LOLA et OLIVER (l’Australien). Si celui-ci avait bien démarré malgré une tension sexuelle ambiante et qui se faisait ressentir à la lecture, à partir du moment où les deux amis se retrouvent dans un lit (soit à la moitié du livre), on revient au schéma initial : du sexe, encore du sexe et beaucoup de sexe. J’avouerai que ça m’a un peu agacé dans ma lecture.

Pour moi, les relations ne sont pas basées uniquement sur ça, même si ça y joue fortement. J’avoue que j’ai été un peu déçue par la lecture des 3 premiers tomes. Je n’ai donc aucune envie de lire le T.4 qui concerne la Colocataire de Lola (London) et l’ex de Mia (Luke) et encore moins de lire le T.5 qui concerne Not-Joe (Qui fait partie intégrante de l’histoire du groupe) et de Perry, l’Ex de Ansel. C’est bon, vous suivez toujours ? 

J’avais hâte de lire ces livres et au final, j’ai été déçue. Est-ce que je les recommande ? Sincèrement, je ne sais pas trop.

OUI : parce que l’histoire au final est bonne. L’idée est là. Mon histoire préférée reste quand même celle de Oliver et Lola qui sont amis avant d’être amants ! Les meilleures histoires selon moi ^^

NON : parce que BEAUCOUP TROP de scènes de sexe !! Trop pour moi.

Le mieux c’est que vous vous fassiez votre propre opinion. Si vous les avez lu, dites le moi en commentaires et si ces livres vous font envie, dites le moi aussi. 


On se retrouve bientôt pour un prochain article ! En attendant, bonne lecture. 

Des bisous ❤

Elodie 

#lecture : Une femme insoumise – Janet Macleod Trotter

« Le fond historique du Roman »

Hello tout le monde !

Comment ça va ?!

Dans ma semaine assez chargée je n’ai eu le temps de lire qu’un seul livre : « une femme insoumise » de Janet Macleod Trotter, livre dont je vais vous parler en dessous

Let’s go !

Crédits

Résumé : À 14 ans, Clara est une adolescente bien occupée, entre le magasin de ses parents, son petit frère à surveiller, et le beau Frank, dont elle est secrètement amoureuse. Mais la vie ne lui laissera pas le temps de rêver. Ruiné par la crise qui frappe de plein fouet l’Angleterre des années 1930, son père se suicide, laissant à sa femme la charge d’élever deux enfants. À regret, Clara devra épouser Vinnie Craven, un riche homme d’affaires de la région. Séduite un temps par la vie luxueuse qu’il lui propose, elle découvre rapidement la part sombre de son mari, de plus en plus influent au sein du parti fasciste. Dans un monde en plein bouleversement, la jeune femme fera preuve de courage pour écrire son propre destin…

Date de parution : 22 juin 2017

Éditions : Poché

Genre : Romance historique, romance, Histoire de vie 

Nombre de pages : 607 pages

Note : 7/10

Mon avis : J’ai mis 2 semaines pour lire ce livre.

Concrètement ?! L’histoire se déroule sur une dizaine d’années à peu près (1928 – 1937). On suit l’évolution de la Vie de Clara, une jeune fille / femme déterminée à sauver sa famille de la ruine et à sauver les apparences. Elle travaille dur.

Au début du roman, c’est une jeune fille de 14 ans à qui tout sourit et qui profite de la vie à pleine dent. Elle est amoureuse, elle a des amis formidables etc bref tout va bien dans le meilleur des mondes.

Ce que j’ai bien aimé : le fond historique du roman. Vous le savez, j’adore l’histoire et je suis toujours curieuse d’apprendre quelque chose. S’il est vrai que dans les manuels scolaires on nous apprend l’Histoire du point de vue de la France, il ne faut pas oublier que les deux guerres 14/18 et 39/45 concernaient une grande partie des pays européens de l’époque. Généralement, on nous parle toujours de l’annexion de territoires par l’Allemagne 🇩🇪 etc pour nous parler de ce qui s’est passé. Cependant, il ne faut pas oublier que la guerre fut mondiale et de ce fait, Elle a touché d’autres pays comme le Royaume-Uni 🇬🇧

Le fait que l’auteure traite de la montée du fascisme en Angleterre est plutôt un bon point à mon sens dans la mesure où on a tendance à oublier que le fascisme et l’antisémitisme concernaient pratiquement tous les pays européens à plus ou moins grande échelle.

Ne connaissant pas pour le coup cette partie de l’histoire, j’ai mené quelques recherche sur le BUF et Oswald Mosley parce que je ne savais pas du tout de qui il s’agissait. De ce fait, je ne comprenais pas toutes les références historiques à la montée du fascisme en Angleterre. Avec ce livre, j’ai pu comprendre comment on pouvait penser de telles atrocités. 

Ce que j’ai moins aimé : la longueur du livre. De plus, j’ai Pu anticiper certaines choses qui allaient arriver – Je ne spolierais pas le livre, je vous dis juste qu’on comprend vite. 

Concernant les personnages maintenant : Il y a de nombreux personnages mais l’histoire tourne autour de Clara, blonde comme sa mère est brune. « Elle est belle » nous dira t-on plein de fois dans le livre. Elle est courageuse, ne se laisse pas abattre par les aléas de la vie. Elle est amie avec une famille Juive venue d’Allemagne Les Leizmann qui ont changé leur nom (« Lewis »). C’est une jeune fille tolérante, humaine surtout. Elle ne critique en rien les « origines » de ses amis dans la mesure où elle est amoureuse du beau Franck, le frère de sa meilleure amie. Elle ne le laisse pas indifférent non plus à vrai dire ^^

Les circonstances de la vie ont fait qu’elle va épouser Vinnie Craven qui a quand même quelques années de plus et qui est toujours dans les jupons de sa mère, Dolly – Insupportable au passage – Qui souhaite régenter son monde et qui se prend pour ce qu’elle n’est pas. Vincent « Vinnie » Craven est un personnage despotique, hautain, mesquin, méchant et surtout fasciste qui possède quand même la moitié de la région. Son mari va lui proposer une vie luxueuse dans laquelle elle va se perdre un temps – en oubliant ses vrais amis et se rendant de soirées mondaines en soirées mondaines notamment organisées par la section des Femmes de la BUF. Au fil de la lecture, Vinnie se montre de plus en plus arrogant et méchant et le conte de fée dans lequel elle vivait tourne peu à peu au cauchemar, sans pour autant qu’elle y mette fin. Elle est complètement sous l’emprise de son époux. 

Il y a beaucoup de violences aussi dans ce livre, dans la mesure où la plupart des affrontements entre les fascistes et les communistes de l’époque étaient sanglants. J. MacLeod Trotter ne fait que reporter des faits historiques (je l’ai constaté dans mes recherches) et en cela, même si l’histoire est romancée, elle colle aux faits « historiques ». 

Avec ce livre, on peut comprendre comment Hitler, Mussolini et Accessoirement Mosley ont « enrôlés » des Personnes. C’est un très bon livre dans la mesure où Clara elle même se laisse porter parce que le fascisme peut lui apporter. Tout n’est que manipulation et trahison. 

Pour autant, ce livre finira bien. Heureusement d’ailleurs ! Ce livre m’a fait penser que je n’aurai pas pu vivre à une telle époque. Impossible, j’aime trop dire ce que je pense et je suis trop indépendante. Bien que Clara travaille en tant que journaliste, il faut dire que ses articles ne sont pas tellement objectifs puisque tout devait bénéficier « au Parti ». Je ne sais pas si j’accepterai d’être contrôlée de la sorte. Probablement que non. Bien évidemment, il faut remettre les choses dans leur contexte, dans les années 30, ça n’était pas vraiment la même chose qu’à l’époque actuelle. Mais bon, je me suis quand même fait la réflexion. 

En bref : Un petit livre bien sympathique à lire le soir avant d’aller se coucher. 

Est-ce que je vous le recommande ? Oui pour que vous vous fassiez votre propre idée du fascisme en Angleterre. Bien évidemment, il ne faut pas compter que sur le livre pour relater l’Histoire mais grâce à lui, j’ai pu apprendre deux ou trois choses que j’ignorai. 

Bonne lecture ! Je vous fais des bisous :p 

See you ❤ 

Elodie 

#Lecture : How to get away with … le droit pénal – Mikaël Benillouche

« Les personnes qu’il pourrait intéresser sot les juristes, les fans de la série, (…) les curieux »

Hello les amis ! 

Comment allez vous en ce début de semaine ? La reprise n’a pas été trop dure ça va ? Pour ma part, j’ai eu un week-end chargé entre la prépa ( les examens blancs), le travail et l’organisation. 

Alors aujourd’hui je vais vous parler d’un livre que je voulais lire depuis longtemps « How to Get away with le droit pénal » de Mikaël Benillouche

Let’s go ! 

Couverture du livre : How to get away with le droit penal

Crédits 

Résumé : Comment ne pas être condamné pour meurtre ? Voici la traduction du nom de la célèbre série How to get away with murder créée par Peter Nowalk et qui met en scène les tribulations juridico-judiciaires d’une brillante avocate-enseignante (Annalise Keating) divulguant à cinq étudiants triés sur le volet les ficelles du droit pénal.

L’objectif est simple, unique et, surtout, impératif : éviter la condamnation dans chacun de ses dossiers. Les moyens sont variés et, pour y arriver, la maîtrise du droit pénal est la clef, quitte à basculer dans l’illégalité.

Analysant les principales problématiques abordées par la saison 1 de la série, cet ouvrage propose de les recenser et de les traiter sous le prisme du droit pénal français, permettant leur revue dynamique et critique. Il offre aussi une mise en exergue des limites juridiques et morales successivement franchies par les héros de la série, avocats de la défense : jusqu’où peut-on aller pour défendre un accusé ? La défense d’un accusé justifie-t-elle de passer dans l’illégalité ? L’illégalité est-elle le seul moyen d’obtenir justice ? Le droit pénal est-il fait pour être respecté ? La violation du droit pénal n’engendre-t-elle pas la spirale de la perte de sens moral ? L’art de la défense peut-il s’exercer et prospérer sans violence ?

A la manière d’Annalise Keating, Mikaël Benillouche se prête à un exercice de haute voltige : mettre son expertise au service d’un exercice pédagogique innovant pour accompagner les lecteurs dans l’apprentissage du droit pénal et leur permettre de passer de la fiction à la réalité.

Editions : Enrick Editions 

Date de Parution : Octobre 2018 

Nombre de pages : 117 pages

Note : 9/10 

Mon avis : Pour ceux qui me suivent depuis un bout de temps, vous savez que je fais des études de droit et que je prépare actuellement le concours avocat. Il faut que je vous fasse une présentation rapide de qui est Mikaël Benillouche avant de continuer : Il est Maître de Conférence en droit pénal et Directeur des études de SupBarreau (une prépa privée). 

Voilà, maintenant que la présentation est faite, laissez moi vous dire ce que j’ai pensé du livre. J’avais hâte de le lire pour quelques raisons : 

  • Le livre parle d’une série que j’adore « How to Get away With Murder » en anglais et « Murder » En France. 
  • Il parle également d’une matière à laquelle je me destine : le droit pénal (matière complexe et complète que j’étudie depuis ma 2e année de droit). 
  • Curieuse de nature, je voulais voir quelle analyse serait faite d’une série américaine versus le droit pénal français, surtout parce qu’il me semble inédit qu’un auteur face ainsi un comparatif entre deux droits pénaux. 
  • Autre avantage, ce livre est à la portée de tout le monde : juristes et non juristes ! Ça n’est pas négligeable, quand on connaît l’indigestion que provoque la lecture d’un bouquin de droit. 

Le livre est divisé en 4 parties et en petites chapitres (1 ou 2 chapitre par parties). C’est donc un livre qui se lit relativement facilement et relativement vite. Mikaël Benillouche commence par faire une rapide présentation de la Série, avec les personnages principaux. Pour écrire son ouvrage, il « part du postulat de base que la série Murder est le reflet d’une réalité sociale ». 

Il prend les Principes Généraux du Droit pénal et de la procédure pénale et va venir les appliquer au Droit américain de la série Murder. Le livre est un essai sur le droit pénal français et le droit pénal américain.

Si vous ne vous en doutiez pas, le droit pénal américain est bien différent du droit pénal français « Le droit pénal (américain est) assez différent du droit (pénal) français, malgré de réelles similitudes ». 

J’ai vraiment apprécier lire ce livre : 

  • Il m’a confirmé que je voulais être pénaliste 
  • Il m’a également confirmé ma vocation 
  • Il montre bien que finalement, ce qui est décrit dans la série « Murder » est l’idéalisation de la société américaine vue par le Monde entier (la série est diffusée sur M6 / Netflix il me semble)
  • Pour les juristes, ce livre permet de montrer quelques différences et quelques similitudes entre deux systèmes de droits différents (le système Français (un système Romano-germarnique – c’est-à-dire beaucoup de droit écrit) et le système Américain basé sur le Système de la Common Law c’est-à-dire, un droit plus oral). 
  • Pour ceux qui souhaitent passer le concours avocat, ce livre peut faire office de livre « culture juridique ». Il est toujours intéressant de savoir comment ça se passe ailleurs. 
  • Pour les non juristes, ce livre est facile à comprendre. Vous ne serez pas abrutis par des termes trop techniques 

« Les personnes qu’il pourrait intéresser sont les juristes, les fans de la série, tous ceux que les faits divers fascinent, les sociologues, les psys, les curieux, les malins, les menteurs, les amateurs de polar, les futurs criminels … tous ceux qui pensent qu’il n’existe pas de frontière étanche entre la culture au sens noble du terme et la culture pop ». 

Ce livre permet aussi de comprendre comment sont vus les avocats pénalisées dans notre société. Si en droit Français, chaque avocat pénaliste est différent de l’autre, en revanche, dans la Série, il semblerait que ces derniers dévoilent qui ils sont vraiment au travers du droit pénal – Je ne vous en dit pas plus, car je ne veux vous spoiler ni le livre, ni la série si vous ne l’avez pas vue ! 

En Bref, si vous êtes attirés par tout ce qui attrait à la justice dans notre pays, je vous conseille de lire ce livre. Qu’est-ce que vous risquez ? Vous allez adorer lire ce livre et vous en parlerez autour de vous j’en suis certaine ! L’ouvrage et assez pédagogique !! Je vous le recommande ! 

Je vous fais des bisous :p 

See You ❤ 

Elodie 

#Lecture : La mer en Hiver – Susanna Kearsley

« Du fantastique et du réel »

Hello tout le monde ! 

Comment ça va en ce lundi ? Moi j’ai pas mal de choses à faire et je vous avouerai que j’ai beaucoup de mal à m’organiser pour tout faire rentrer dans ma journée. 

L’article d’aujourd’hui portera sur ma lecture récente « La Mer en Hiver » De Susanna Kearsley

De quoi ça parle ? 

Couverture du livre : Slains, tome 1 : La mer en hiver

Crédits 

Résumé : Lorsque Carrie McClelland, auteur à succès, visite les ruines du château de Slains, elle est enchantée par ce paysage écossais, à la fois désolé et magnifique. La région lui semble étrangement familière, mais elle met de côté son léger sentiment de malaise afin de commencer son nouveau roman, pour lequel elle utilise le château comme cadre et l’une de ses ancêtres, Sophia, comme héroïne.

Puis Carrie se rend compte que ses mots acquièrent une vie propre et que les lignes entre fiction et faits historiques se brouillent de plus en plus. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au coeur de l’intrigue de 1708, elle découvre une histoire d’amour fascinante, oubliée avec le temps. Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé

Nombre de pages : 566 pages 

Editions : pocket 

Date de parution en France : 2017 

Note : 9/10

Mon avis : Je me souviens avoir reçu ce livre dans une des box lectures que je recevais. Cela faisait un bout de temps maintenant que ce livre était dans ma pile à lire et il commençait à prendre la poussière – J’ai plus lu en 4 jours que l’année dernière !! 

Ma PAL a considérablement diminué et je cherche des nouveaux livres à lire — si vous entendez parler ! Je suis preneuse ^^Bref. Revenons à nos moutons : J’avais hâte de lire ce livre parce que d’une part, il parle d’un moment de l’Histoire. Et vous le savez, moi les romans historiques j’adore ça ! Peu importe que ce soit l’Histoire de France ou celle d’un autre pays. Dès lors que je peux apprendre quelque chose dans un bouquin, cela me va !

Dans ce roman, on suit les « aventures » – un bien grand mot, mais qui a tout son importance – de Carrie, écrivain. Alors qu’elle est face au syndrome de la page blanche sur le personnage qu’elle avait choisi, elle se rend en Écosse pour en apprendre un peu plus sur celui-ci.  Elle ne s’attendait clairement pas à vivre ce qu’elle vit puisque, en effet, elle est « habitée » par les souvenirs de Sophia, 300 ans plus tôt. Elle a souvent « l’impression » que ce qu’elle vit est réel, et les recherches menées par son père, fan de généalogie, lui donneront raison. Et si au fond, elle descendait de Sophia ? Cette ancêtre dont elle ne sait rien, mais dont elle raconte l’histoire. 

Ce roman se compose d’une histoire dans l’histoire : La première histoire parlant de l’écriture du nouveau roman de Carrie. La 2e nous transporte près de 300 ans auparavant, dans le Château de Slains, pour vivre la vie et la romance de Sophia qui vient d’atterrir chez La comtesse d’Erroll. Elle va être amenée à croiser des personnages hauts en couleur de l’Histoire de l’Écosse. 

Son histoire d’amour avec Moray est vraiment belle dans le sens où elle se passe en 1700 et des brouettes ! Du coup, les « techniques de dragues » n’étaient pas les mêmes, tout comme le fait qu’auparavant, on prenait le temps de courtiser une femme. C’est ce qu’il se passe entre Sophia et Moray ! J’ai bien apprécié leur histoire d’amour romantique. 

Sophia et Moray sont épris l’un de l’autre et se font la promesse de n’avoir aucun autre partenaire de vie. Les évènements tragiques de l’Histoire écossaise ont fait qu’ils ont été séparés. Au fur et à mesure qu’elle écrit – Carrie – elle se rend compte que quelque chose ne colle pas avec les recherches généalogiques effectuées par son père. Petit à petit, elle découvrira quelque chose de plus profond. 

Je ne veux absolument pas vous spoiler le livre. Ce que je peux vous dire en revanche c’est : 

  • Le livre est vraiment bien écrit. Le style d’écriture est fluide. 
  • On comprend facilement dans quelle « dimension » nous nous trouvons : le présent ou 300 ans plus tôt. 
  • Au même titre que Sophia, Carrie va elle aussi vivre une romance
  • En plus, on apprend encore un peu plus l’Histoire de l’Écosse. 

Le fait que l’histoire soit racontée à différentes époques ne m’a pas dérangé dans la mesure où on suit parfaitement le fil de celle-ci : les passages d’écriture de Carrie nous permettent de situer temporellement les personnages de son histoire. Le fait également qu’elle rencontre des gens passionnés par l’histoire de leur pays, Graham ou encore le Dr Weir entre autres, permet également d’en apprendre un peu plus. Cela n’apporte pas un fil discontinu à l’histoire et c’est vraiment agréable de lire une histoire pareille. 

Pour le genre, on est un peu dans le fantastique puisque Carrie « remonte le temps » grâce aux souvenirs de Sophia. 

J’ai mis un peu plus de 5 heures pour lire ce livre – J’ai dû interrompre à de nombreuses reprises ma lecture, mais je pense qu’il se lit relativement vite. 

Je vais m’arrêter là pour aujourd’hui ! 

Je vous fais des bisous :p 

See you ❤ 

Elodie 

#Lecture : Nos petites inconséquences – Alix Marin

« Une petite comédie romantique sympathique à lire »

Hello tout le monde ! 

Comment ça va depuis hier ? J’espère que vous allez bien ? Je vais vous faire un article que je n’avais pas prévu de faire avant la semaine prochaine, mais puisque les autres articles ne sont pas prêts, autant publier celui là ! 

Aujourd’hui je vous parle de « Nos petites inconséquences » de Alix Marin. J’avais reçu ce livre dans la dernière Box « dans ma bulle » que j’avais commandé. J’ai été chez le médecin ce matin et je me suis dit, pour faire passer le temps, que j’allais lire un petit peu. Est-ce que vous me croyez si je vous dis que j’ai eu le temps de lire la totalité du livre pendant mon attente interminable Dans la salle d’attente (Pour info, j’ai passé en tout et pour tout, 3H30 chez le docteur – j’ai lu ce livre en 3 heures). 

Let’s go !

Couverture du livre : Nos petites inconséquences

Crédits

Résumé : Et Si l’imprévu avait du bon ? France est la reine de l’anticipation, de la prévision et du contrôle. Sauf qu’elle n’avait pas prévu que le jour où elle se déciderait à dévoiler enfin ses sentiments à Jules, son meilleur ami, ce dernier la prendrait de vitesse en annonçant son mariage. Ce qu’elle n’avait pas prévu non plus, c’est qu’à son retour à Paris, Jules enverrait Émile, le meilleur ami de la future mariée, pour l’accueillir à l’aéroport. 
Résultat, elle se retrouve coincée avec ce rugbyman tout en muscles et en tatouages pour rejoindre en 4L le lieu de la cérémonie, à Bordeaux. 
Un long, très long voyage qui va vite se révéler plus plaisant qu’elle ne l’imaginait. Car Émile est vraiment charmant et… imprévisible !

Nombre de pages. 236 pages

Editions : H& / Harper Collins France

Date de parution : Décembre 2017

Note : 8/10

Mon avis : Un excellent 8/10 pour ce livre avec lequel j’ai passé un bon moment. Dans l’histoire, nous suivons les péripéties de France, qui réside aux USA mais qui revient vivre définitivement en France. Alors qu’elle s’attends à voir son meilleur ami à l’aéroport, elle tombe sur un charmant jeune homme qui lui fait de l’effet tout de suite, même si elle ne l’avouera qu’à la fin du livre ^^Miss Spontanéité hein ! Je ne peux pas parler, je me retrouve dans sa façon d’être : elle doit tout prévoir, l’imprévu lui fait peur et chamboule tout chez elle.  

Elle est drôle, plutôt jolie aussi, d’après la description qui nous ait faite de la part d’Emile – Parce que oui, ce livre se décompose en « parties » si on peut les appeler comme ça : un coup nous sommes dans la tête de France dit « princesse » pour les intimes et un coup nous sommes dans celle d’Emile dit « Viking ». J’ai bien aimé cette façon de raconter les choses parce que contrairement à d’autres livres que j’ai lu dans ce style de narration, l’histoire se suit (on n’a pas le point de vue de l’un puis de l’autre d’une même situation) : ici l’histoire suit sa cohérence, ce qui fait que le lecteur n’a pas besoin de revenir quelques pages en arrière pour comprendre où en est l’histoire – C’est de loin un très bon point !! 

La relation entre Emile et France est fusionnelle parce qu’ils sont attirés l’un par l’autre et faire le voyage Dans une 4L ça n’aide pas non plus je dois dire – Mais bon – choix des mariés oblige ! Ils doivent voyager dans la voiture de l’enfer ^^ Ils sont très vite proche l’un de l’autre et Emile a tendance a se montrer Jaloux dès qu’un mec regarde de trop Près sa princesse – Oui parce qu’il l’appelle comme ça – c’est mimi n’est-ce pas ? 

Bien évidemment, elle rentre en France dans l’espoir de détruire le mariage de son ami, mais on se rend compte que petit à petit, elle réfléchit et elle se dit que ça n’est finalement pas une si bonne idée que ça. Elle est et restera toujours présente pour son meilleur ami – mais il n’y a plus que de l’amitié entre eux maintenant. Arrive Ensuite Cecile, la fiancée de Jules, son meilleur ami – C’est bon ? Vous suivez encore ? (Au passage, j’adore ce prénom « Jules »). Avec France, elles ne peuvent pas s’encadrer – situation classique – mais après une bonne bagarre et quelques verres de vin, la situation se détend. 

En bref : une petite comédie romantique sympathique à lire quand vous n’avez rien d’autre à faire, pour faire passer le temps. Pour ma part, je trouve qu’on pourrait en faire un film, ça ne me dérangerait pas le moins du monde ^^Je serai la première à aller chercher mes places ^^

Sur ce, je vous fais des gros bisous ❤ 

See you ❤ 

Elodie 

#Lecture : Chasing Red – Isabelle Ronin

« Se laisse facilement lire »

Hello à tous ! 

Comment ça va en cette première semaine de juillet bien entamée ? En vacances ? Vous profitez un peu pour lire ? Moi je n’ai pas le temps mais je ne désespère pas de le trouver pour pouvoir lire ! 

Cela fait un moment que je n’ai pas écrit d’articles, tout simplement parce que je n’ai pas trop de temps, j’ai quand même pas mal de chose à régler. 

Ensuite, je pensais aussi diversifier les articles sur le blog en créant d’autres catégories (lifestyle, mode, beauté, lecture, drama …), dites moi si vous seriez intéressés ! 

Let’s go ! 

« Chasing Red » T.1

Crédit

Le résumé : « Caleb est la star de l’université. Il est beau, riche et insouciant. Aucune fille ne lui résiste. Aucune, sauf Véronica Strafford a.k.a « Red » qui occupe toutes ses pensées depuis qu’il l’a vue danser, tellement irrésistible dans sa robe rouge. 
Quand il découvre que Red s’est fait expulser de chez elle et n’à plus nulle par où dormir, il lui Propose de loger dans son immense appartement. Mais la jeune femme est difficile à apprivoiser. Elle n’attend jamais rien de personne. 
Ou plutôt si : Elle s’attend toujours à ce qu’on l’abandonne. 

Nombre de pages : 410 pages

Editions : BMR 

Note 8/10

Mon avis : Comme tout le genre « Young Adult », ce livre se laisse lire facilement (je n’ai mis que 2 heures pour le lire, donc il se lit très vite). C’est l’histoire classique du mec le plus brillant et le tombeur de l’université, qui tombe fou amoureux de la seule fille qui lui résiste vraiment. 

On connaît l’histoire, on sait très bien que cela va se finir bien (pardon pour le spoiler) et qu’ils vont vivre ensuite dans le monde des bisounours et tout et tout. ! Un classique moderne du « ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants » qu’on connaît tous hein on ne va pas se mentir ! 

On sait très bien que lorsqu’on lit une histoire pareil, c’est purement de la fiction mais je pense que cela nous fait espérer de choses qui s’en se réalisent que dans les livres ou dans les films. 

Si vous voulez passer un bon moment de lecture je pense que vous ne serez pas déçus ! 

Des bisous 😛

See you ❤