#Lecture : Au petit Bonheur la chance – Aurélie Valognes

« Ça c’est la vie »

Hello tout le monde !

Comment ça va en ce premier dimanche du mois de septembre !

C’est bientôt la rentrée – Les parents ont hâte, les enfants un peu moins ^^ Pour ma part, le concours c’est la semaine prochaine. Je profite d’un moment d’accalmie dans mes révisions pour vous écrire cet article, ne sachant pas quand j’aurai le temps sinon !

Aujourd’hui, je vous parle de ma dernière lecture : « Au petit bonheur la Chance » de Aurélie Valognes. Je l’avais découverte avec « Mémé dans les orties », je vous mets le lien ici. Je n’ai jamais été déçue par ses romans.

Let’s go !

Crédits

Résumé : Été 1968. Jean a six ans quand il est confié du jour au lendemain à sa grand-mère. Pour l’été. Pour toujours. Il n’a pas prévu ça. Elle non plus. Mémé Lucette n’est pas commode mais elle dissimule un coeur tendre. Jean est un tourbillon de fraîcheur pour celle qui vivait auparavant une existence paisible, rythmée par ses visites au cimetière et sa passion pour le tricot. 
Chacun, à des étapes différentes sur le chemin de la vie, Lucette et Jean vont s’apprivoiser en attendant le retour de la mère du petit Garçon. Ensemble, ils découvrent que ce sont les bonheurs simples qui font le sel de la vie. 

Nombre de pages : 375 pages 

Date de parution : 6 mars 2019 (version poche)

Edition : Le livre de poche

Note : 9/10

Avis : Ce roman est une pépite. Ça n’est pas de la grande littérature attention ! Je dis juste simplement que si vous souhaitez passer un moment tranquille, sur la plage ou autre, ce roman est fait pour vous ! Il y a de l’humour, avec Jean 6 ans au début du roman qui parle beaucoup et qui est très Attaché à sa « Mémé Lucette ». Et c’est réciproque. Mémé Lucette a une préférence pour le fils de sa dernière fille. 

Le choc des générations entre Jean, Dynamique et Curieux de tout, et Mémé Lucette, Moins dynamique que par le passé, a un âge avancé.  La cohabitation entre les deux va être explosive ! Le monde du Petit Jean vole en éclat lorsqu’une nuit, sa mère le laisse chez sa grand mère. Persuadé qu’elle va revenir le chercher, il va l’attendre patiemment jusqu’à ce qu’il comprenne que ce sera plus compliqué que prévu.

Pour un petit garçon de 6 ans, je l’ai trouvé bien avisé du monde qui l’entoure. Il faut se remettre dans le contexte : Dans les années 60, ça n’était pas vraiment la même chose qu’en 2019 ! Jean est hyperactif, intelligent, bosseur et surtout, il est gaucher – J’avais lu quelque part que dans les années 60, qu’il était préférable d’écrire de la main droite (rapport à la religion, tout ça tout ça !!) – on pensait à l’époque qu’ils étaient « inférieurs » aux droitiers et qu’ils étaient des serviteurs de Satan et que par conséquent, ils devaient entrer dans le droit chemin – Ils étaient les « gauchers contrariés ».

Après ce petit moment Rappel Historique, j’en reviens au livre. Nous suivons les pensées de Jean et ses dialogues pendant tout le roman, avec quelques fois, le point de Vue de la petite Anita, son « amoureuse » et des amis de Jean qu’il va rencontrer à l’école.

Ce livre m’a ému également. Je ne vous dirais pas pourquoi, je risquerai de vous spoiler le livre et je n’ai pas vraiment envie. L’histoire est très belle et au fond, j’ai retrouvé un peu de l’histoire que j’avais avec mes grands parents. Je pense que c’est pour ça que ça m’a touché autant. 

Citation :
« – On ne choisit pas les surprises de la vie, mon petit. On fait avec, et souvent, c’est pour le meilleur. 
– C’est ça la foi mémé ? 
– Non, ça c’est la vie » 

Mémé Lucette et Jean (page 232)

Vous hésitiez à le prendre ? N’hésitez plus, Au petit bonheur la Chance est une pépite qu’il faut avoir lu au moins une fois dans sa vie.

Sur ce, je vous fais des bisous,

À bientôt,

Elodie

#lecture : Une fille comme elle – Marc Levy

« En amour, les mendiants et les Rois sont égaux »

Hello tout le monde ! 

Oui je sais, j’avais disparu depuis pas mal de temps: d’une part, j’ai eu un problème avec mon compte Insta et d’autre part, le concours approchant rapidement (il ne reste que 12 jours), je révise et j’ai moins de temps pour faire autre chose. 

Il est 8H quand j’écris cet article. Vous vous imaginez alors la longueur de mes journées. Bref, je vous parle maintenant de ma dernière lecture : « Une fille comme elle » de Marc Lévy. Il me semble, si je ne dis pas de bêtises, qu’il s’agit de l’avant dernier livre (le dernier étant « Ghost In Love » – Au passage, j’attendrais qu’il sorte en format poche). 

Let’s Go ! 

Crédits 

RésuméNew York, sur la 5e Avenue, s’élève un petit immeuble pas tout à fait comme les autres… Ses habitants sont très attachés à leur liftier, Deepak, chargé de faire fonctionner l’ascenseur mécanique, une véritable antiquité.
Mais la vie de la joyeuse communauté se trouve chamboulée lorsque son collègue de nuit tombe dans l’escalier. Quand Sanji, le mystérieux neveu de Deepak, débarque en sauveur et endosse le costume de liftier, personne ne peut imaginer qu’il est à la tête d’une immense fortune à Bombay… Et encore moins Chloé, l’habitante du dernier étage.

Entrez au N°12, Cinquième Avenue, traversez le hall, montez à bord de son antique ascenseur et demandez au liftier de vous embarquer… dans la plus délicieuse des comédies new-yorkaises !

Date de parution : 22 mai 2018

Editions : Pocket

Nombre de pages : 360 pages. 

Note : 7/10

ATTENTION : RISQUE EVENTUELS DE SPOILERS !!

Mon avis : Vous cherchez votre prochaine lecture pour la plage ? Vous l’avez ! Sincèrement, j’en ai lu de meilleurs de Marc Levy. Une fille comme elle raconte l’histoire de Chloé et de Sanji, deux être que tout oppose … Peut être pas autant qu’ils ne le pensent. 

Sincèrement, il s’agit d’un livre que vous pouvez lire tranquillement en terrasse, sur un transat, dans votre salon … et que vous pouvez avoir toujours avec vous. 360 pages, c’est relativement petit pour un livre. En toute honnêteté, j’ai mis pratiquement 1 mois et demi pour le lire notamment parce que je suis prise avec les révisions et le travail. Je ne dors pratiquement plus et j’ai donc plus de mal à me concentrer sur autre chose. Ceci étant dit, j’ai toujours un livre sur moi notamment lorsque j’ai des RDV. J’ai pu lire dans la salle d’attente du docteur – Je crois que ça va devenir mon endroit préféré !! 

  • Sur l’histoire :

Romance, humour. Deux des choses que j’aime beaucoup dans mes lectures. C’est une belle histoire qui se joue entre Sanji et Chloé. Il s’agit d’un entremêlement de petites histoires qui font arriver à la conclusion finale. D’abord, la chute de leur liftier de nuit – faut bien commencer quelque part – Ensuite, la « prise de poste » par le Neveu de Deepak et enfin, la belle histoire qui lie les habitants de cet immeuble particulier. 

L’histoire est belle – encore une fois – pour un moment de lecture à la plage ça convient parfaitement. Ne vous attendez pas à de la grande littérature cependant. Je dois avouer que ça n’est pas mon préféré de Marc Levy (Celui que j’adore : 7 jours pour une éternité) mais il se place quand même à une bonne place dans le classement, si je devais faire une liste de tous les Lévy que j’ai lu. 

Il y a beaucoup d’humour aussi. Beaucoup d’humilité également. La « morale » de cette histoire, si on peut l’appeler comme ça, c’est qu’il ne faut jamais perdre espoir.

  • Sur les personnages : 

Ils sont très attachants. Des vieux, des jeunes, des « entre-deux ». Un immeuble normal quoi ! J’ai adoré tous les personnages autant notamment pour leur personnalité. Chaque habitant de cet immeuble a « sa place » dans l’histoire. 

Petite citation pour terminer : « En amour, les mendiants et les rois sont égaux » – Proverbe Indien. 

En bref : Une petite histoire bien sympathique à lire pendant un moment plage, détente. Il se lit relativement vite. Profitez en si vous ne voulez pas une lecture prise de tête ! 

Des bisous ❤

Elodie

#Lecture : Sang Famille – Michel Bussi

« Je suis dans ma période Thriller en ce moment »

Hello tout le monde ! 

Comment ça va ! J’espère que vous ne souffrez pas trop de la chaleur. Ici c’est l’enfer, même en bougeant le moins possible on transpire. Bref, c’est la galère et vive les douches ^^ 

Aujourd’hui je vous parle de ma lecture la plus récente (accessoirement la dernière) J’ai une semaine d’examen là et même avec toute la bonne volonté du monde, je n’arrive pas à avancer dans ma lecture : « Sang Famille » de Michel Bussi. 

Let’s go ! 

Résumé : À bientôt 16 ans, Colin est un orphelin auquel il manque des pans entiers de son histoire. En retournant sur Mornesey, l’île qui l’a vu naître, l’adolescent compte bien combler cette mémoire amputée. C’est ici, entre le phare des Enchaînés et les ruines de l’abbaye Saint-Antoine, qu’il va croiser la silhouette qui bousculera toutes ces certitudes – figure familière et inconnue. Ce fantôme serait-il son père ? Lui aurait-on menti toute sa vie ? Car les secrets pullulent sur cette île de brigands. Des secrets pour lesquels on tue. Et Colin semble être au cœur de chacun d’entre eux. Un sans-famille au sang maudit…

Crédits 

Date de parution : 1re édition (2009) / réédition en 2019 

Editions : Format Poche

Nombre de pages : 592 pages. 

Note : 8/10

Avis : Comme vous avez pu le remarquer, je suis dans ma période Thriller en ce moment ! En effet, j’ai terminé le livre de Lisa Gardner dont je vous parle ici, et j’ai terminé « sang famille » récemment. J’enchaîne avec La Jeune fille et la nuit de Guillaume Musso (dont je vous parlerai certainement dans les prochaines semaines). Bref, je ne sais pas, j’ai des périodes comme ça, pendant lesquelles je ne lis qu’un type de livres. Allez comprendre ! 

Bussi est un auteur que j’aime particulièrement beaucoup. En effet, mis à part « Nymphéas noirs » que je n’ai pas encore eu le temps de lire, il me semble que j’ai tout lu de lui. J’aime beaucoup son style d’écriture, c’est simple mais recherché : en effet, on sent bien que ce livre fut son tout premier (avant Nymphéas Noirs), qu’il était hésitant sur certains moments. 


L’histoire tourne autour de Colin, un adolescent orphelin, à la recherche des ses racines et qui va les retrouver en se rendant sur l’île qui l’a vu naître. Il cherche des réponses à ses questions – trop nombreuses – et c’est, me semble t-il tout à fait normal pour quelqu’un qui n’a plus ses deux parents. Il est intelligent et vif. 

C’est son histoire que nous suivons à travers ses yeux notamment, mais également à travers de ceux de Casanova, un « policier » de l’île qui va mener l’enquête : Principalement de son point de vue à lui. Le livre est divisé comme tel : quelques pages consacrées à Colin et ses amis, quelques pages consacrées aux recherches de « Casa ». Rapidement, on se rend compte que les deux « histoires » sont liées. J’avoue, elles sont très bien amenées. On ne se perd pas dans la lecture – Bon Point ! Parce que généralement, avec des « simultanéités » dans les histoires, moi j’ai tendance à m’y perdre ! Un vrai labyrinthe. Ici, au contraire, On enquête avec Colin ou Casa. 

Autre point positif, Casa est étudiant en droit et donc, ça m’a permis d’enquêter (tout ce que j’aime) et de rassembler les faits pour les mettre dans l’ordre le plus cohérent possible ^^


Les personnages : Tous les personnages sont intéressants. Il y a quand même de l’humour à l’intérieur. Bien évidemment, il y a des personnages que vous ne sentez pas dès le départ – Puisque vous les voyez avec les yeux de Colin. 

Les premières pages – beaucoup – sont dédiées au placement de l’histoire – il faut quand même attendre 3 ou 4 chapitres pour que l’histoire se lance réellement. Tout commence vraiment au moment où Colin croit apercevoir son père sur les bords de mer dans une camionnette.

Il va rencontre le journaliste de l’île qui va lui indiquer que son père était quelqu’un de bien et qu’il était connu sur l’île. Il commence réellement à se poser des questions à ce moment là. 


Je ne vous en dirais pas plus sinon je risque de vous gâcher le livre. Cependant, sachez que si vous êtes amateurs de thriller, je vous le recommande ! Même si vous ne l’êtes pas d’ailleurs. C’est un bon livre qu’on peut lire sur une serviette au bord de l’eau, tranquille

Il se lit relativement vite. 

Je vous fais des bisous 

See you ❤ 

Elodie 

#Livres : J’ai fait une bêtise …

« J’ai acheté près de 20 livres »

Hello tout le monde !

😋 J’espère que vous allez bien et que votre mois de juin est ensoleillé ☀️

Alors aujourd’hui je vais vous parler de ma dernière bêtise en date : je suis actuellement inscrite sur plusieurs groupes de ventes de livres sur Facebook. Et bah devinez quoi, j’ai acheté près d’une vingtaine de livres en une semaine … Oui, vous avez bien lu, une vingtaine de livre —- EN UNE SEMAINE !! Je reçois des colis pratiquement tous les jours. 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Je vous fais la liste ci-dessous :

  • La saga des MacGregor, Nora Roberts T.1 à 3 (3 Livres)
  • La disparition de Stephanie Mailer, Joël Dicker (1 livre)
  • Je t’aime … toi non plus, Mina Sheperd (1 livre)
  • L’enfant que personne n’aimait, Casey Watson (1 livre)
  • Ne le dis pas à maman, Toni Maguire (1 livre)
  • Avec toi, malgré moi, Vi Keeland et Penelope Ward (1 livre)
  • Vampire Academy T.1 à 4, Richelle Mead (4 livres)
  • Le Contrat, Tara Jones t. 1 et 2 ( 1 livre)
  • Pourtant je leur avais dit …., Cassie Harte (1 livre)
  • La saga des Wild Seasons, Christina Lauren (5 livres)
  • Une lueur d’espoir, K.A Tucker (1 livre)
  • Il était une fois : Nicholas, Emma Chase (1 livre)
  • All I want for Christmas, Emily Blaine (1 livre) 
  • Deux petits pas sur le sable mouillé, Anne-Dauphine Julliand (1 livre)

Au total, j’ai acheté pas moins de 23 Livres … Je suis incorrigible n’est-ce pas ! Autant vous dire que ces livres vont aller directement dans ma PAL. Je suis réaliste, je sais pertinemment  que je ne pourrais pas tout lire ce mois-ci, mais bon, l’espoir fait vivre n’est-ce pas ? 

Voici pour cet article – Un peu court je l’admets, mais je devais vous parler de cette « bêtise ». 

Des bisous 

See you ❤ 

Elodie

#Lifestyle / Livres : Que faire des livres qu’on ne veut plus ?

« Pour mon grand nettoyage »

Hello tout le monde! 

Comment allez-vous en cette veille de WE ? Moi ça va ! Ici il fait beau, le ciel est bleu, bref c’est le pays des bisounours quoi !! 

Aujourd’hui, je partage avec vous ce que je fais quand je souhaite me débarrasser de livres que je ne lis plus et qui du coup, prennent de la place dans ma bibliothèque qui change constamment ! 

Let’s go ! 

Deux fois par an à peu près, j’entame une grand « nettoyage de printemps » et tout y passe croyez moi ! Les vêtements, les chaussures, les livres, le maquillage !! Absolument tout ! Et si pour les vêtements et pour le maquillage j’ai trouvé la méthode Marie Kondo dont je vous parle ici. 

En revanche pour les livres, c’est une autre histoire. En effet, ayant pas moins de 3 bibliothèques pleines à craquer, je dois trouver tout le temps de la place pour mettre les nouveaux livres que j’achète et qui viennent s’ajouter à ma PAL, sans savoir quand je pourrais les lire. Sachant que je suis une grande férue de lecture et surtout ravie de pouvoir lire autre chose que des bouquins de droit ou des codes, je ne suis Jamais à court de lecture heureusement pour moi ! 

Je me suis renseignée un peu sur le net pour voir comment je pouvais faire pour me débarrer de ces livres que je ne lisais plus et qui prenaient la poussière. Plusieurs solution se sont offertes à moi. Je vous en parle la dessous. 

PS : je ne vous parle bien évidemment que des solutions que j’ai testé.

  1. La revente des livres 

Ce qui arrive en tête de liste pour se débarrasser des livres qu’on ne veut plus c’est la revente. C’est pratique pour se faire un petit peu d’argent pour racheter d’autres livres. Ainsi vous pouvez aller sur : 

!! Attention pour ces deux derniers sites, « Momox » et « Gibert », tous les livres ne sont pas repris. Parfois, ils sont repris 15 centimes parfois un peu plus !

Mon conseil : Pour optimiser vos chances de reventes, avoir sur votre téléphone ces 3 applications (c’est mon cas) et à chaque fois, vérifier à combien cela peut vous revenir. Généralement, je fini par vendre sur Priceminister puisque je peux fixer les prix moi-même. 

Dans le même esprit « revente », vous avez des groupes privés sur les réseaux sociaux. 

  • Les groupes de revente de livres pullulent. N’hésitez pas, je pense que vous pourrez trouver votre bonheur. 

 2. Le troc 

Vous pouvez également tenter de troquer les livres avec d’autres personnes. C’est un moyen économique et pratique pour avoir de nouveaux livres. 

3. Le don 

Pour ma part, ici il est difficile de revendre ses livres sur place « on ne lit plus », c’est la phrase qui est sortie très souvent. Aussi, les livres que je n’arrive pas à revendre ou à troquer, je les donne – Le plus souvent au secours Populaire / Catholique (je ne sais jamais ^^) – à des associations pour que tout le monde puisse bénéficier de la culture. Et puis, si cela peut faire des heureux, autant qu’ils servent. 

J’ai également donné un carton plein à la bibliothèque de ma commune. Je dois avouer que j’ai eu un pincement au coeur à me séparer de tous ces livres, mais bon, je ne les lisait plus. Du coup, j’ai préféré que quelqu’un d’autre en profite. 

Voilà ! Pour moi, ces petites astuces ont bien fonctionné. Dites moi vous dans les commentaires ce que vous faites quand vous souhaitez vous séparer de livres ! 

Des bisous 

See you ❤ 

Elodie 

#Lecture : Les Feller – Susannah Fogel

« Je n’ai pas accroché du tout »

Hello tout le monde ! 

Comment ça va depuis le temps ? Oui je sais, je n’ai pas été très présente sur les réseaux en ce moment. J’en suis désolée. J’avais prévu de vous écrire quand même pas mal d’articles et tout et tout, mais j’ai été littéralement débordée par ce que je devais faire, j’ai dû faire face à un décès etc … bref, je ne vous ennuie pas plus avec ma vie privée. 

Aujourd’hui, je vous parle d’une récente lecture : « Les Feller » Par Susannah Fogel. 

Let’s go !

Couverture du livre : Les Feller

Crédits

Le résumé : Une mère juive envahissante ;
Un père narcissique qui adore faire sentir sa supériorité intellectuelle à son prochain ;
Une sœur délurée au langage SMS ;
Une grand-mère hilarante et jamais à courts de ragots
Une belle-mère chinoise qui ne se prive pas pour donner des conseils pour attirer les hommes…

Les Fellers forment une famille attachante, braillarde, déjantée et absolument imparfaite. Par le biais de lettres joyeuses, intrusives et toujours drôles, ils ne vont cesser de s’immiscer dans la vie de Julie, jeune femme des temps modernes et aspirante écrivain, exact pendant de Lena Dunham dans Girls.

Date de parution : 9 mai 2018

Nombre de pages : 280 pages

Prix : 13,90€

Editions : Harper Collins 

Note : 1/10

Mon avis : Bon, comme vous avez pu le comprendre à la note, je n’ai pas aimé. Je n’ai pas mis zéro parce qu’il ne le mérite pas. Pourquoi cette note ? Que je vous explique la structure du livre : au début, je m’attendais à trouver un roman épistolaire (genre littéraire que j’aime lire) et bien non ! Figurez vous que pas du tout – enfin presque – c’est un livre (je ne sais même pas si on peu appeler cela un roman) rédigé sous forme de lettres et mails, mais à sens unique. Oui oui ! vous avez bien lu ! A sens unique : Julie, la personne à qui sont destinées ces lettres / mails ne répond JAMAIS (je n’exagère pas). En gros, ce sont des pensées de membres de sa famille qui sont couchées sur papier … Voilà voilà ! 

Je suis désolée d’avance pour l’auteur, mais je vais descendre le bouquin. Revenons au commencement : j’ai eu ce livre par une box lecture que je recevais (cela faisait donc un petit moment qu’il prenait la poussière dans ma PAL) et à chaque fois que je lisais un livre, je repoussais l’échéance de la lecture. Allez savoir pourquoi ! J’ai dû avoir un sixième sens m’indiquant que ce livre était mauvais ! J’ai lu ce livre pendant un RDV à l’hôpital et bien figurez-vous que les 280 pages étaient pour moi comme une torture lente. Que je m’explique : j’ai commencé à lire le livre dans la salle d’attente et plus le temps passait plus j’avais envie de me mettre sur mon téléphone et d’abandonner la lecture. Cependant, vous me connaissez, je n’aime pas laisser un livre en suspens et surtout, je n’avais rien d’autre sous la main à part des livres de grossesse – donc bon. 

L’histoire : 

  • C’est une catastrophe, rien ne se suit, il n’y a pas d’histoire justement ! On suit les pensées des membres de sa famille comme elles viennent. 
  • Ils sont très très (vous pouvez rajouter autant de « très » que vous voulez) envahissant quand même – fais pas ci fais pas ça – il y a bien longtemps que j’aurai envoyé bouler tout ce petit monde moi ! 

A la lecture du résumé, je me suis dit que j’allais passer un bon moment de lecture : « une série de lettres aussi intrusives qu’hilarantes » tu parles ! Je n’ai ni ri, ni esquissé un sourire une seule fois pendant ma (trop longue) lecture. Cela aurait pu passer si Julie répondait mais non ! Rien ! NADA ! Niet ! Elle ne répond pas une seule fois aux lettres qu’on lui envoie ! C’est trop compliqué peut être ? Je pense que l’idée de l’auteur n’est pas là malheureusement. Pourtant généralement, 280 pages je les lis relativement vite mais là ! j’ai du mettre bien deux ou trois heures pour lire ce genre livre.

Bref, je n’ai pas accroché du tout ! Un conseil : si vous avez des ados et que vous souhaitez les mettre à la lecture surtout n’achetez pas ce livre ! cela pourrait les dégoûter ! Pour ma part, je me suis montrée trop enthousiaste et je me disais que cela faisait un certain temps que je n’avais pas eu de mauvaise lecture ! Et bah voilà ! J’ai été rattrapée au vol. 

Je vous laisse là pour cet article ! 

Je vous fais des bisous 

See you ❤ 

Elodie 

#lecture : Une femme insoumise – Janet Macleod Trotter

« Le fond historique du Roman »

Hello tout le monde !

Comment ça va ?!

Dans ma semaine assez chargée je n’ai eu le temps de lire qu’un seul livre : « une femme insoumise » de Janet Macleod Trotter, livre dont je vais vous parler en dessous

Let’s go !

Crédits

Résumé : À 14 ans, Clara est une adolescente bien occupée, entre le magasin de ses parents, son petit frère à surveiller, et le beau Frank, dont elle est secrètement amoureuse. Mais la vie ne lui laissera pas le temps de rêver. Ruiné par la crise qui frappe de plein fouet l’Angleterre des années 1930, son père se suicide, laissant à sa femme la charge d’élever deux enfants. À regret, Clara devra épouser Vinnie Craven, un riche homme d’affaires de la région. Séduite un temps par la vie luxueuse qu’il lui propose, elle découvre rapidement la part sombre de son mari, de plus en plus influent au sein du parti fasciste. Dans un monde en plein bouleversement, la jeune femme fera preuve de courage pour écrire son propre destin…

Date de parution : 22 juin 2017

Éditions : Poché

Genre : Romance historique, romance, Histoire de vie 

Nombre de pages : 607 pages

Note : 7/10

Mon avis : J’ai mis 2 semaines pour lire ce livre.

Concrètement ?! L’histoire se déroule sur une dizaine d’années à peu près (1928 – 1937). On suit l’évolution de la Vie de Clara, une jeune fille / femme déterminée à sauver sa famille de la ruine et à sauver les apparences. Elle travaille dur.

Au début du roman, c’est une jeune fille de 14 ans à qui tout sourit et qui profite de la vie à pleine dent. Elle est amoureuse, elle a des amis formidables etc bref tout va bien dans le meilleur des mondes.

Ce que j’ai bien aimé : le fond historique du roman. Vous le savez, j’adore l’histoire et je suis toujours curieuse d’apprendre quelque chose. S’il est vrai que dans les manuels scolaires on nous apprend l’Histoire du point de vue de la France, il ne faut pas oublier que les deux guerres 14/18 et 39/45 concernaient une grande partie des pays européens de l’époque. Généralement, on nous parle toujours de l’annexion de territoires par l’Allemagne 🇩🇪 etc pour nous parler de ce qui s’est passé. Cependant, il ne faut pas oublier que la guerre fut mondiale et de ce fait, Elle a touché d’autres pays comme le Royaume-Uni 🇬🇧

Le fait que l’auteure traite de la montée du fascisme en Angleterre est plutôt un bon point à mon sens dans la mesure où on a tendance à oublier que le fascisme et l’antisémitisme concernaient pratiquement tous les pays européens à plus ou moins grande échelle.

Ne connaissant pas pour le coup cette partie de l’histoire, j’ai mené quelques recherche sur le BUF et Oswald Mosley parce que je ne savais pas du tout de qui il s’agissait. De ce fait, je ne comprenais pas toutes les références historiques à la montée du fascisme en Angleterre. Avec ce livre, j’ai pu comprendre comment on pouvait penser de telles atrocités. 

Ce que j’ai moins aimé : la longueur du livre. De plus, j’ai Pu anticiper certaines choses qui allaient arriver – Je ne spolierais pas le livre, je vous dis juste qu’on comprend vite. 

Concernant les personnages maintenant : Il y a de nombreux personnages mais l’histoire tourne autour de Clara, blonde comme sa mère est brune. « Elle est belle » nous dira t-on plein de fois dans le livre. Elle est courageuse, ne se laisse pas abattre par les aléas de la vie. Elle est amie avec une famille Juive venue d’Allemagne Les Leizmann qui ont changé leur nom (« Lewis »). C’est une jeune fille tolérante, humaine surtout. Elle ne critique en rien les « origines » de ses amis dans la mesure où elle est amoureuse du beau Franck, le frère de sa meilleure amie. Elle ne le laisse pas indifférent non plus à vrai dire ^^

Les circonstances de la vie ont fait qu’elle va épouser Vinnie Craven qui a quand même quelques années de plus et qui est toujours dans les jupons de sa mère, Dolly – Insupportable au passage – Qui souhaite régenter son monde et qui se prend pour ce qu’elle n’est pas. Vincent « Vinnie » Craven est un personnage despotique, hautain, mesquin, méchant et surtout fasciste qui possède quand même la moitié de la région. Son mari va lui proposer une vie luxueuse dans laquelle elle va se perdre un temps – en oubliant ses vrais amis et se rendant de soirées mondaines en soirées mondaines notamment organisées par la section des Femmes de la BUF. Au fil de la lecture, Vinnie se montre de plus en plus arrogant et méchant et le conte de fée dans lequel elle vivait tourne peu à peu au cauchemar, sans pour autant qu’elle y mette fin. Elle est complètement sous l’emprise de son époux. 

Il y a beaucoup de violences aussi dans ce livre, dans la mesure où la plupart des affrontements entre les fascistes et les communistes de l’époque étaient sanglants. J. MacLeod Trotter ne fait que reporter des faits historiques (je l’ai constaté dans mes recherches) et en cela, même si l’histoire est romancée, elle colle aux faits « historiques ». 

Avec ce livre, on peut comprendre comment Hitler, Mussolini et Accessoirement Mosley ont « enrôlés » des Personnes. C’est un très bon livre dans la mesure où Clara elle même se laisse porter parce que le fascisme peut lui apporter. Tout n’est que manipulation et trahison. 

Pour autant, ce livre finira bien. Heureusement d’ailleurs ! Ce livre m’a fait penser que je n’aurai pas pu vivre à une telle époque. Impossible, j’aime trop dire ce que je pense et je suis trop indépendante. Bien que Clara travaille en tant que journaliste, il faut dire que ses articles ne sont pas tellement objectifs puisque tout devait bénéficier « au Parti ». Je ne sais pas si j’accepterai d’être contrôlée de la sorte. Probablement que non. Bien évidemment, il faut remettre les choses dans leur contexte, dans les années 30, ça n’était pas vraiment la même chose qu’à l’époque actuelle. Mais bon, je me suis quand même fait la réflexion. 

En bref : Un petit livre bien sympathique à lire le soir avant d’aller se coucher. 

Est-ce que je vous le recommande ? Oui pour que vous vous fassiez votre propre idée du fascisme en Angleterre. Bien évidemment, il ne faut pas compter que sur le livre pour relater l’Histoire mais grâce à lui, j’ai pu apprendre deux ou trois choses que j’ignorai. 

Bonne lecture ! Je vous fais des bisous :p 

See you ❤ 

Elodie