#Lecture : Famille parfaite – Lisa Gardner

« J’ai décidé de me laisser tenter »

Hello les amis ! 

Comment vous allez depuis le temps ? Pardon, je ne suis pas très active en ce moment sur le blog, mais c’est compliqué de tout gérer. Le concours se rapprochant, j’ai de moins en moins de temps pour écrire. J’avoue que mes journées sont chargées et donc, j’essaye de faire au mieux même si je délaisse un peu – beaucoup – mon blog. 

Alors, aujourd’hui, je vous parle de ma dernière lecture : « Famille Parfaite » de Lisa Gardner

Let’s go ! 

Crédits

Le résumé : Justin et Libby Denbe semblaient sortir tout droit des pages des magazines glamour : mariage modèle, ravissante fille de quinze ans, demeure somptueuse dans la banlieue chic de Boston… une vie de rêve.

Jusqu’au jour où ils disparaissent tous les trois sans laisser de traces. Pas d’effraction, pas de témoin, pas de demande de rançon ni de motifs. Juste une famille parfaite soudainement envolée. Pourtant, pour la détective Tessa Leoni, l’enlèvement ne fait aucun doute. Que pouvait bien cacher une existence en apparence aussi lisse ?

Un suspense qui va bien au-delà des codes du genre : n°1 sur la liste des best-sellers du New York Times, le nouveau thriller de Lisa Gardner nous plonge dans les peurs, le sentiment d’insécurité et la vulnérabilité de cette famille au-dessus de tout soupçon.

Nombre de pages : 570 pages. 

Editions : Le livre de Poche

Date de parution initiale : 2015. 

Date de parution au format poche : 2018

Note : 8,5/10

Mon avis : J’avais acheté ce livre lors de promotions à la FNAC (2 livres achetés, le 3e offert … etc). J’ai eu l’occasion de le lire alors que j’allais passer ma journée dans le train. J’ai bien fait. Effectivement, il m’a fallu près de 6H pour lire ce livre. Si vous me suivez, vous savez que généralement, j’ai du mal avec les thrillers depuis ma mauvaise expérience. Mais bon, comme je ne me laisse pas abattre facilement et que tout le monde parlait de ce livre, j’ai décidée de me laisser tenter. Je fais partie de plusieurs Groupes sur les réseaux sociaux et ce livre revenait constamment. Je me suis dit « pourquoi pas ». 

Et je me suis lancée. L’histoire ? On suit l’enquête de Tessa Leoni sur l’enlèvement d’une famille entière. Oui, une famille entière ! Enquête qui va lui faire traverser l’Etat dans lequel elle se trouve. 

Concernant les personnages : 

  • Justin DEMBE –> C’est le patron d’une entreprise de BTP à qui tout sourit. Il a une belle femme, une jeune fille adolescente ! Tout va bien dans le meilleur des mondes pour lui ! Il a même une maîtresse ! Plus on lit le livre, plus on comprend que c’est un enfoiré de première classe et égoïste. 
  • Libye DEMBE –> Une fille des bas quartiers qui épouse un « bourgeois » qui peut lui offrir la vie dont elle rêvait. Elle est droguée aux anxiolytiques. Elle fait de la peine. Elle est complètement perdue dans le monde dans lequel elle vit et elle a du mal à avancer dans la vie depuis qu’elle a appris que son mari la trompait avec une jeune fille. Pour sa fille pourtant, elle va se battre. 
  • Ashlyn –> C’est la Fille ado des DEMBE. Elle est jeune et a besoin de ses deux parents. Elle a une force de caractère que sa mère ne lui connaît pas, en ce sens, « elle est comme son père ». Elle n’hésite pas à lui tenir tête quand elle en a l’occasion. 

Les autres personnages : 

  • Les ravisseurs : Ce sont des mercenaires qui ont été engagés pour les kidnapper, mais ne pas faire de mal à « la femme et la fille ». Seul Justin DEMBE devait être l’objet du kidnapping. 
  • Les membres de l’entreprise de Justin DEMBE : Certains on a envie de les détester, d’autre de les aimer. 

L’histoire se lit relativement vite. J’aime beaucoup le style de l’auteur. Ce qui est bien, c’est que l’auteur nous permet de suivre le raisonnement des enquêteurs et, au final, d’arriver à notre propre conclusion. J’avoue que je soupçonnais l’auteur du kidnapping depuis le début, (beaucoup d’indices semés). N’étant pas une grande fan de thriller, généralement, ce que je regarde ou ce que je lis présente quand même quelques similitudes. C’est le cas Ici, je n’ai pas été surprise par la « tête pensante » du rapt. 

En revanche, j’ai été surprise par la fin du livre – Que je ne vous spolierais pas. Surprise dans un bon sens attention : j’ai aimé la fin. 

Est ce que je vous recommande ce livre ? En toute honnêteté, oui. Vous pouvez y aller. Je pense que je vais me laisser tenter par D’autres livres de cette autrice. Je vous dirais ! 

Et vous ? Avez-vous lu ce livre ? Qu’en Avez vous pensé ? N’hésitez pas à me le dire dans les commentaires. 

See you ❤ 

Des bisous 

Elodie 

#Lecture : Les Feller – Susannah Fogel

« Je n’ai pas accroché du tout »

Hello tout le monde ! 

Comment ça va depuis le temps ? Oui je sais, je n’ai pas été très présente sur les réseaux en ce moment. J’en suis désolée. J’avais prévu de vous écrire quand même pas mal d’articles et tout et tout, mais j’ai été littéralement débordée par ce que je devais faire, j’ai dû faire face à un décès etc … bref, je ne vous ennuie pas plus avec ma vie privée. 

Aujourd’hui, je vous parle d’une récente lecture : « Les Feller » Par Susannah Fogel. 

Let’s go !

Couverture du livre : Les Feller

Crédits

Le résumé : Une mère juive envahissante ;
Un père narcissique qui adore faire sentir sa supériorité intellectuelle à son prochain ;
Une sœur délurée au langage SMS ;
Une grand-mère hilarante et jamais à courts de ragots
Une belle-mère chinoise qui ne se prive pas pour donner des conseils pour attirer les hommes…

Les Fellers forment une famille attachante, braillarde, déjantée et absolument imparfaite. Par le biais de lettres joyeuses, intrusives et toujours drôles, ils ne vont cesser de s’immiscer dans la vie de Julie, jeune femme des temps modernes et aspirante écrivain, exact pendant de Lena Dunham dans Girls.

Date de parution : 9 mai 2018

Nombre de pages : 280 pages

Prix : 13,90€

Editions : Harper Collins 

Note : 1/10

Mon avis : Bon, comme vous avez pu le comprendre à la note, je n’ai pas aimé. Je n’ai pas mis zéro parce qu’il ne le mérite pas. Pourquoi cette note ? Que je vous explique la structure du livre : au début, je m’attendais à trouver un roman épistolaire (genre littéraire que j’aime lire) et bien non ! Figurez vous que pas du tout – enfin presque – c’est un livre (je ne sais même pas si on peu appeler cela un roman) rédigé sous forme de lettres et mails, mais à sens unique. Oui oui ! vous avez bien lu ! A sens unique : Julie, la personne à qui sont destinées ces lettres / mails ne répond JAMAIS (je n’exagère pas). En gros, ce sont des pensées de membres de sa famille qui sont couchées sur papier … Voilà voilà ! 

Je suis désolée d’avance pour l’auteur, mais je vais descendre le bouquin. Revenons au commencement : j’ai eu ce livre par une box lecture que je recevais (cela faisait donc un petit moment qu’il prenait la poussière dans ma PAL) et à chaque fois que je lisais un livre, je repoussais l’échéance de la lecture. Allez savoir pourquoi ! J’ai dû avoir un sixième sens m’indiquant que ce livre était mauvais ! J’ai lu ce livre pendant un RDV à l’hôpital et bien figurez-vous que les 280 pages étaient pour moi comme une torture lente. Que je m’explique : j’ai commencé à lire le livre dans la salle d’attente et plus le temps passait plus j’avais envie de me mettre sur mon téléphone et d’abandonner la lecture. Cependant, vous me connaissez, je n’aime pas laisser un livre en suspens et surtout, je n’avais rien d’autre sous la main à part des livres de grossesse – donc bon. 

L’histoire : 

  • C’est une catastrophe, rien ne se suit, il n’y a pas d’histoire justement ! On suit les pensées des membres de sa famille comme elles viennent. 
  • Ils sont très très (vous pouvez rajouter autant de « très » que vous voulez) envahissant quand même – fais pas ci fais pas ça – il y a bien longtemps que j’aurai envoyé bouler tout ce petit monde moi ! 

A la lecture du résumé, je me suis dit que j’allais passer un bon moment de lecture : « une série de lettres aussi intrusives qu’hilarantes » tu parles ! Je n’ai ni ri, ni esquissé un sourire une seule fois pendant ma (trop longue) lecture. Cela aurait pu passer si Julie répondait mais non ! Rien ! NADA ! Niet ! Elle ne répond pas une seule fois aux lettres qu’on lui envoie ! C’est trop compliqué peut être ? Je pense que l’idée de l’auteur n’est pas là malheureusement. Pourtant généralement, 280 pages je les lis relativement vite mais là ! j’ai du mettre bien deux ou trois heures pour lire ce genre livre.

Bref, je n’ai pas accroché du tout ! Un conseil : si vous avez des ados et que vous souhaitez les mettre à la lecture surtout n’achetez pas ce livre ! cela pourrait les dégoûter ! Pour ma part, je me suis montrée trop enthousiaste et je me disais que cela faisait un certain temps que je n’avais pas eu de mauvaise lecture ! Et bah voilà ! J’ai été rattrapée au vol. 

Je vous laisse là pour cet article ! 

Je vous fais des bisous 

See you ❤ 

Elodie 

#lecture : Une femme insoumise – Janet Macleod Trotter

« Le fond historique du Roman »

Hello tout le monde !

Comment ça va ?!

Dans ma semaine assez chargée je n’ai eu le temps de lire qu’un seul livre : « une femme insoumise » de Janet Macleod Trotter, livre dont je vais vous parler en dessous

Let’s go !

Crédits

Résumé : À 14 ans, Clara est une adolescente bien occupée, entre le magasin de ses parents, son petit frère à surveiller, et le beau Frank, dont elle est secrètement amoureuse. Mais la vie ne lui laissera pas le temps de rêver. Ruiné par la crise qui frappe de plein fouet l’Angleterre des années 1930, son père se suicide, laissant à sa femme la charge d’élever deux enfants. À regret, Clara devra épouser Vinnie Craven, un riche homme d’affaires de la région. Séduite un temps par la vie luxueuse qu’il lui propose, elle découvre rapidement la part sombre de son mari, de plus en plus influent au sein du parti fasciste. Dans un monde en plein bouleversement, la jeune femme fera preuve de courage pour écrire son propre destin…

Date de parution : 22 juin 2017

Éditions : Poché

Genre : Romance historique, romance, Histoire de vie 

Nombre de pages : 607 pages

Note : 7/10

Mon avis : J’ai mis 2 semaines pour lire ce livre.

Concrètement ?! L’histoire se déroule sur une dizaine d’années à peu près (1928 – 1937). On suit l’évolution de la Vie de Clara, une jeune fille / femme déterminée à sauver sa famille de la ruine et à sauver les apparences. Elle travaille dur.

Au début du roman, c’est une jeune fille de 14 ans à qui tout sourit et qui profite de la vie à pleine dent. Elle est amoureuse, elle a des amis formidables etc bref tout va bien dans le meilleur des mondes.

Ce que j’ai bien aimé : le fond historique du roman. Vous le savez, j’adore l’histoire et je suis toujours curieuse d’apprendre quelque chose. S’il est vrai que dans les manuels scolaires on nous apprend l’Histoire du point de vue de la France, il ne faut pas oublier que les deux guerres 14/18 et 39/45 concernaient une grande partie des pays européens de l’époque. Généralement, on nous parle toujours de l’annexion de territoires par l’Allemagne 🇩🇪 etc pour nous parler de ce qui s’est passé. Cependant, il ne faut pas oublier que la guerre fut mondiale et de ce fait, Elle a touché d’autres pays comme le Royaume-Uni 🇬🇧

Le fait que l’auteure traite de la montée du fascisme en Angleterre est plutôt un bon point à mon sens dans la mesure où on a tendance à oublier que le fascisme et l’antisémitisme concernaient pratiquement tous les pays européens à plus ou moins grande échelle.

Ne connaissant pas pour le coup cette partie de l’histoire, j’ai mené quelques recherche sur le BUF et Oswald Mosley parce que je ne savais pas du tout de qui il s’agissait. De ce fait, je ne comprenais pas toutes les références historiques à la montée du fascisme en Angleterre. Avec ce livre, j’ai pu comprendre comment on pouvait penser de telles atrocités. 

Ce que j’ai moins aimé : la longueur du livre. De plus, j’ai Pu anticiper certaines choses qui allaient arriver – Je ne spolierais pas le livre, je vous dis juste qu’on comprend vite. 

Concernant les personnages maintenant : Il y a de nombreux personnages mais l’histoire tourne autour de Clara, blonde comme sa mère est brune. « Elle est belle » nous dira t-on plein de fois dans le livre. Elle est courageuse, ne se laisse pas abattre par les aléas de la vie. Elle est amie avec une famille Juive venue d’Allemagne Les Leizmann qui ont changé leur nom (« Lewis »). C’est une jeune fille tolérante, humaine surtout. Elle ne critique en rien les « origines » de ses amis dans la mesure où elle est amoureuse du beau Franck, le frère de sa meilleure amie. Elle ne le laisse pas indifférent non plus à vrai dire ^^

Les circonstances de la vie ont fait qu’elle va épouser Vinnie Craven qui a quand même quelques années de plus et qui est toujours dans les jupons de sa mère, Dolly – Insupportable au passage – Qui souhaite régenter son monde et qui se prend pour ce qu’elle n’est pas. Vincent « Vinnie » Craven est un personnage despotique, hautain, mesquin, méchant et surtout fasciste qui possède quand même la moitié de la région. Son mari va lui proposer une vie luxueuse dans laquelle elle va se perdre un temps – en oubliant ses vrais amis et se rendant de soirées mondaines en soirées mondaines notamment organisées par la section des Femmes de la BUF. Au fil de la lecture, Vinnie se montre de plus en plus arrogant et méchant et le conte de fée dans lequel elle vivait tourne peu à peu au cauchemar, sans pour autant qu’elle y mette fin. Elle est complètement sous l’emprise de son époux. 

Il y a beaucoup de violences aussi dans ce livre, dans la mesure où la plupart des affrontements entre les fascistes et les communistes de l’époque étaient sanglants. J. MacLeod Trotter ne fait que reporter des faits historiques (je l’ai constaté dans mes recherches) et en cela, même si l’histoire est romancée, elle colle aux faits « historiques ». 

Avec ce livre, on peut comprendre comment Hitler, Mussolini et Accessoirement Mosley ont « enrôlés » des Personnes. C’est un très bon livre dans la mesure où Clara elle même se laisse porter parce que le fascisme peut lui apporter. Tout n’est que manipulation et trahison. 

Pour autant, ce livre finira bien. Heureusement d’ailleurs ! Ce livre m’a fait penser que je n’aurai pas pu vivre à une telle époque. Impossible, j’aime trop dire ce que je pense et je suis trop indépendante. Bien que Clara travaille en tant que journaliste, il faut dire que ses articles ne sont pas tellement objectifs puisque tout devait bénéficier « au Parti ». Je ne sais pas si j’accepterai d’être contrôlée de la sorte. Probablement que non. Bien évidemment, il faut remettre les choses dans leur contexte, dans les années 30, ça n’était pas vraiment la même chose qu’à l’époque actuelle. Mais bon, je me suis quand même fait la réflexion. 

En bref : Un petit livre bien sympathique à lire le soir avant d’aller se coucher. 

Est-ce que je vous le recommande ? Oui pour que vous vous fassiez votre propre idée du fascisme en Angleterre. Bien évidemment, il ne faut pas compter que sur le livre pour relater l’Histoire mais grâce à lui, j’ai pu apprendre deux ou trois choses que j’ignorai. 

Bonne lecture ! Je vous fais des bisous :p 

See you ❤ 

Elodie 

#Lecture : How to get away with … le droit pénal – Mikaël Benillouche

« Les personnes qu’il pourrait intéresser sot les juristes, les fans de la série, (…) les curieux »

Hello les amis ! 

Comment allez vous en ce début de semaine ? La reprise n’a pas été trop dure ça va ? Pour ma part, j’ai eu un week-end chargé entre la prépa ( les examens blancs), le travail et l’organisation. 

Alors aujourd’hui je vais vous parler d’un livre que je voulais lire depuis longtemps « How to Get away with le droit pénal » de Mikaël Benillouche

Let’s go ! 

Couverture du livre : How to get away with le droit penal

Crédits 

Résumé : Comment ne pas être condamné pour meurtre ? Voici la traduction du nom de la célèbre série How to get away with murder créée par Peter Nowalk et qui met en scène les tribulations juridico-judiciaires d’une brillante avocate-enseignante (Annalise Keating) divulguant à cinq étudiants triés sur le volet les ficelles du droit pénal.

L’objectif est simple, unique et, surtout, impératif : éviter la condamnation dans chacun de ses dossiers. Les moyens sont variés et, pour y arriver, la maîtrise du droit pénal est la clef, quitte à basculer dans l’illégalité.

Analysant les principales problématiques abordées par la saison 1 de la série, cet ouvrage propose de les recenser et de les traiter sous le prisme du droit pénal français, permettant leur revue dynamique et critique. Il offre aussi une mise en exergue des limites juridiques et morales successivement franchies par les héros de la série, avocats de la défense : jusqu’où peut-on aller pour défendre un accusé ? La défense d’un accusé justifie-t-elle de passer dans l’illégalité ? L’illégalité est-elle le seul moyen d’obtenir justice ? Le droit pénal est-il fait pour être respecté ? La violation du droit pénal n’engendre-t-elle pas la spirale de la perte de sens moral ? L’art de la défense peut-il s’exercer et prospérer sans violence ?

A la manière d’Annalise Keating, Mikaël Benillouche se prête à un exercice de haute voltige : mettre son expertise au service d’un exercice pédagogique innovant pour accompagner les lecteurs dans l’apprentissage du droit pénal et leur permettre de passer de la fiction à la réalité.

Editions : Enrick Editions 

Date de Parution : Octobre 2018 

Nombre de pages : 117 pages

Note : 9/10 

Mon avis : Pour ceux qui me suivent depuis un bout de temps, vous savez que je fais des études de droit et que je prépare actuellement le concours avocat. Il faut que je vous fasse une présentation rapide de qui est Mikaël Benillouche avant de continuer : Il est Maître de Conférence en droit pénal et Directeur des études de SupBarreau (une prépa privée). 

Voilà, maintenant que la présentation est faite, laissez moi vous dire ce que j’ai pensé du livre. J’avais hâte de le lire pour quelques raisons : 

  • Le livre parle d’une série que j’adore « How to Get away With Murder » en anglais et « Murder » En France. 
  • Il parle également d’une matière à laquelle je me destine : le droit pénal (matière complexe et complète que j’étudie depuis ma 2e année de droit). 
  • Curieuse de nature, je voulais voir quelle analyse serait faite d’une série américaine versus le droit pénal français, surtout parce qu’il me semble inédit qu’un auteur face ainsi un comparatif entre deux droits pénaux. 
  • Autre avantage, ce livre est à la portée de tout le monde : juristes et non juristes ! Ça n’est pas négligeable, quand on connaît l’indigestion que provoque la lecture d’un bouquin de droit. 

Le livre est divisé en 4 parties et en petites chapitres (1 ou 2 chapitre par parties). C’est donc un livre qui se lit relativement facilement et relativement vite. Mikaël Benillouche commence par faire une rapide présentation de la Série, avec les personnages principaux. Pour écrire son ouvrage, il « part du postulat de base que la série Murder est le reflet d’une réalité sociale ». 

Il prend les Principes Généraux du Droit pénal et de la procédure pénale et va venir les appliquer au Droit américain de la série Murder. Le livre est un essai sur le droit pénal français et le droit pénal américain.

Si vous ne vous en doutiez pas, le droit pénal américain est bien différent du droit pénal français « Le droit pénal (américain est) assez différent du droit (pénal) français, malgré de réelles similitudes ». 

J’ai vraiment apprécier lire ce livre : 

  • Il m’a confirmé que je voulais être pénaliste 
  • Il m’a également confirmé ma vocation 
  • Il montre bien que finalement, ce qui est décrit dans la série « Murder » est l’idéalisation de la société américaine vue par le Monde entier (la série est diffusée sur M6 / Netflix il me semble)
  • Pour les juristes, ce livre permet de montrer quelques différences et quelques similitudes entre deux systèmes de droits différents (le système Français (un système Romano-germarnique – c’est-à-dire beaucoup de droit écrit) et le système Américain basé sur le Système de la Common Law c’est-à-dire, un droit plus oral). 
  • Pour ceux qui souhaitent passer le concours avocat, ce livre peut faire office de livre « culture juridique ». Il est toujours intéressant de savoir comment ça se passe ailleurs. 
  • Pour les non juristes, ce livre est facile à comprendre. Vous ne serez pas abrutis par des termes trop techniques 

« Les personnes qu’il pourrait intéresser sont les juristes, les fans de la série, tous ceux que les faits divers fascinent, les sociologues, les psys, les curieux, les malins, les menteurs, les amateurs de polar, les futurs criminels … tous ceux qui pensent qu’il n’existe pas de frontière étanche entre la culture au sens noble du terme et la culture pop ». 

Ce livre permet aussi de comprendre comment sont vus les avocats pénalisées dans notre société. Si en droit Français, chaque avocat pénaliste est différent de l’autre, en revanche, dans la Série, il semblerait que ces derniers dévoilent qui ils sont vraiment au travers du droit pénal – Je ne vous en dit pas plus, car je ne veux vous spoiler ni le livre, ni la série si vous ne l’avez pas vue ! 

En Bref, si vous êtes attirés par tout ce qui attrait à la justice dans notre pays, je vous conseille de lire ce livre. Qu’est-ce que vous risquez ? Vous allez adorer lire ce livre et vous en parlerez autour de vous j’en suis certaine ! L’ouvrage et assez pédagogique !! Je vous le recommande ! 

Je vous fais des bisous :p 

See You ❤ 

Elodie 

#Lecture : Un été dans les Hamptons – Sarah Morgan

« Classique »

Hello les amis ! 

Comment ça va ? Comme vous pouvez le constater récemment, je ne suis pas très active, à la fois sur les réseaux sociaux et sur le blog ! 

Je vous parle aujourd’hui de « Un été dans les Hamptons » de Sarah Morgan que j’avais reçu dans une box lecture et que je n’ai lu que très récemment ! 

PS : Sarah Morgan est l’auteur d’une saga littéraire que j’ai lu également et que je vous recommande : « Snow Crystal » – J’essaierai de vous en parler dans un autre article (Encore un article à noter dans mon carnet) ^^

Let’s go ! 

Couverture du livre : From New-York with love, Tome 2 : Un été dans les Hamptons

Crédits 

Résumé : « Ta Vie, c’est un scénario de comédie romantique »
Si la situation n’était pas si catastrophique, Felicity éclaterait de rire, tant ces mots lui semblent éloignés de la vérité. Pour elle, tomber nez à nez avec l’homme qui lui a brisé le cœur et constater que, dix ans après, il est toujours aussi sexy et hors de portée relèverait plutôt de son mauvais karma. Ne s’était-elle pas réfugiée dans les Hamptons justement pour lui échapper ? Mais, maintenant que Seth l’a retrouvée, Felicity sait qu’elle a une décision à prendre : passer sa vie à fuir ou affronter une fois pour toutes les démons de son passé…

Date de parution : 27 août 2017 

Editions : Harlequin / H&

Nombre de pages : 423 pages. 

Note : 7/10

Mon avis : C’est un avis mitigé. Pourquoi ? 

J’adore les histoires amitié / Amour / Amour de Jeunesse ! Ce sont les plus belles histoires à mon sens. Un été dans les Hamptons est le 2e Tome de la Saga « From New-York With Love » : Le tome 1 concernant Le frère de Felicity et Le tome 3, la soeur jumelle de cette dernière. 

Les personnages : 

  • Felicity dit « Fliss » : Une jeune femme indépendante, souffre douleur de son paternel (douleur psychologique). Elle a l’apparence d’une femme forte mais est en réalité blessée et a érigé des barrières autour de son coeur et de sa personnalité. Elle a un sérieux besoin de contrôler tout ce qui touche à sa vie. 
  • Seth : « l’amoureux », l’ex ! Bref il peut passer par tous les noms dans le roman. Qui a oublié son amour de jeunesse ? Pas Félicity en tout cas. 
  • Hariet : La soeur Jumelle de Felicity, « celle que tout le monde aime » – Felicity se sentant comme le vilain petit canard de la famille. 

L’histoire :

L’histoire racontée par Sarah Morgan est un classique de l’histoire d’amitié qui se transforme en un amour – Pour certains de jeunesse, pour d’autres, le grand amour, celui qui dure toujours. Bref, chacun peut y voir midi à sa porte. 

L’histoire commence sur un « flashback » : pourquoi Felicity se trouve dans la situation dans laquelle elle est 10 ans plus tard. Cette jeune femme en apparence forte mais qui est d’une grande sensibilité et qui ne laisse rien paraître de ses émotions cherche à fuir son amour de Jeunesse, le Beau Seth, qu’elle n’a pas revu depuis 10 ans. Elle l’a croisé dans la clinique vétérinaire en bas de chez elle ! Pure coïncidence ?? Nope, puisque Seth, devenu vétérinaire, a recherché la jeune femme Afin de mettre un terme aux pensées qui le hantent. Au fil des pages, on découvre que le jeune homme était épris de Felicity dès leur adolescence, mais qu’il n’avait pas osé l’approché de peur de « représailles » de la part de Daniel, le Frère de cette dernière. 

A un moment dans le livre, Seth Dit à Felicity à propos de sa fuite  » Cela m’a permis de découvrir que tu continues de te cacher lorsque tu as peur. J’ai pu conclure aussi que je ne suis pas le seul de nous deux à avoir encore des sentiments ». Ils s’aimaient, s’aiment encore bien évidemment puisqu’ils n’ont pas pu s’empêcher de penser à l’autre pendant les 10 années qui se sont écoulées. Ils se sont brisés le coeur mutuellement aussi et c’est cela qui est le plus triste : se quitter alors qu’on s’aime encore. Quand les sentiments ne sont plus là ok, c’est compréhensible, mais quand il y a encore de forts sentiments entre les personnes, c’est beaucoup plus difficile. 

Concrètement, l’histoire se laisse lire – Un livre à lire tranquillement autour d’un café, d’un chocolat ou ce que vous voulez ou sous un plaid. Bref, un livre à lire si vous souhaitez passer u moment agréable de lecture et ne penser à rien d’autre. 

Un point négatif : j’ai trouvé que l’histoire était un peu longue parfois et que certains passages étaient superflus. 

Malgré tout, je vous le recommande si vous êtes adepte des romances H& ! 

Je vous fais des bisous :p 

See you ❤

Elodie

#Lecture : La mer en Hiver – Susanna Kearsley

« Du fantastique et du réel »

Hello tout le monde ! 

Comment ça va en ce lundi ? Moi j’ai pas mal de choses à faire et je vous avouerai que j’ai beaucoup de mal à m’organiser pour tout faire rentrer dans ma journée. 

L’article d’aujourd’hui portera sur ma lecture récente « La Mer en Hiver » De Susanna Kearsley

De quoi ça parle ? 

Couverture du livre : Slains, tome 1 : La mer en hiver

Crédits 

Résumé : Lorsque Carrie McClelland, auteur à succès, visite les ruines du château de Slains, elle est enchantée par ce paysage écossais, à la fois désolé et magnifique. La région lui semble étrangement familière, mais elle met de côté son léger sentiment de malaise afin de commencer son nouveau roman, pour lequel elle utilise le château comme cadre et l’une de ses ancêtres, Sophia, comme héroïne.

Puis Carrie se rend compte que ses mots acquièrent une vie propre et que les lignes entre fiction et faits historiques se brouillent de plus en plus. Tandis que les souvenirs de Sophia attirent Carrie encore plus au coeur de l’intrigue de 1708, elle découvre une histoire d’amour fascinante, oubliée avec le temps. Après trois cents ans, le secret de Sophia doit être révélé

Nombre de pages : 566 pages 

Editions : pocket 

Date de parution en France : 2017 

Note : 9/10

Mon avis : Je me souviens avoir reçu ce livre dans une des box lectures que je recevais. Cela faisait un bout de temps maintenant que ce livre était dans ma pile à lire et il commençait à prendre la poussière – J’ai plus lu en 4 jours que l’année dernière !! 

Ma PAL a considérablement diminué et je cherche des nouveaux livres à lire — si vous entendez parler ! Je suis preneuse ^^Bref. Revenons à nos moutons : J’avais hâte de lire ce livre parce que d’une part, il parle d’un moment de l’Histoire. Et vous le savez, moi les romans historiques j’adore ça ! Peu importe que ce soit l’Histoire de France ou celle d’un autre pays. Dès lors que je peux apprendre quelque chose dans un bouquin, cela me va !

Dans ce roman, on suit les « aventures » – un bien grand mot, mais qui a tout son importance – de Carrie, écrivain. Alors qu’elle est face au syndrome de la page blanche sur le personnage qu’elle avait choisi, elle se rend en Écosse pour en apprendre un peu plus sur celui-ci.  Elle ne s’attendait clairement pas à vivre ce qu’elle vit puisque, en effet, elle est « habitée » par les souvenirs de Sophia, 300 ans plus tôt. Elle a souvent « l’impression » que ce qu’elle vit est réel, et les recherches menées par son père, fan de généalogie, lui donneront raison. Et si au fond, elle descendait de Sophia ? Cette ancêtre dont elle ne sait rien, mais dont elle raconte l’histoire. 

Ce roman se compose d’une histoire dans l’histoire : La première histoire parlant de l’écriture du nouveau roman de Carrie. La 2e nous transporte près de 300 ans auparavant, dans le Château de Slains, pour vivre la vie et la romance de Sophia qui vient d’atterrir chez La comtesse d’Erroll. Elle va être amenée à croiser des personnages hauts en couleur de l’Histoire de l’Écosse. 

Son histoire d’amour avec Moray est vraiment belle dans le sens où elle se passe en 1700 et des brouettes ! Du coup, les « techniques de dragues » n’étaient pas les mêmes, tout comme le fait qu’auparavant, on prenait le temps de courtiser une femme. C’est ce qu’il se passe entre Sophia et Moray ! J’ai bien apprécié leur histoire d’amour romantique. 

Sophia et Moray sont épris l’un de l’autre et se font la promesse de n’avoir aucun autre partenaire de vie. Les évènements tragiques de l’Histoire écossaise ont fait qu’ils ont été séparés. Au fur et à mesure qu’elle écrit – Carrie – elle se rend compte que quelque chose ne colle pas avec les recherches généalogiques effectuées par son père. Petit à petit, elle découvrira quelque chose de plus profond. 

Je ne veux absolument pas vous spoiler le livre. Ce que je peux vous dire en revanche c’est : 

  • Le livre est vraiment bien écrit. Le style d’écriture est fluide. 
  • On comprend facilement dans quelle « dimension » nous nous trouvons : le présent ou 300 ans plus tôt. 
  • Au même titre que Sophia, Carrie va elle aussi vivre une romance
  • En plus, on apprend encore un peu plus l’Histoire de l’Écosse. 

Le fait que l’histoire soit racontée à différentes époques ne m’a pas dérangé dans la mesure où on suit parfaitement le fil de celle-ci : les passages d’écriture de Carrie nous permettent de situer temporellement les personnages de son histoire. Le fait également qu’elle rencontre des gens passionnés par l’histoire de leur pays, Graham ou encore le Dr Weir entre autres, permet également d’en apprendre un peu plus. Cela n’apporte pas un fil discontinu à l’histoire et c’est vraiment agréable de lire une histoire pareille. 

Pour le genre, on est un peu dans le fantastique puisque Carrie « remonte le temps » grâce aux souvenirs de Sophia. 

J’ai mis un peu plus de 5 heures pour lire ce livre – J’ai dû interrompre à de nombreuses reprises ma lecture, mais je pense qu’il se lit relativement vite. 

Je vais m’arrêter là pour aujourd’hui ! 

Je vous fais des bisous :p 

See you ❤ 

Elodie 

#Lecture : Nos petites inconséquences – Alix Marin

« Une petite comédie romantique sympathique à lire »

Hello tout le monde ! 

Comment ça va depuis hier ? J’espère que vous allez bien ? Je vais vous faire un article que je n’avais pas prévu de faire avant la semaine prochaine, mais puisque les autres articles ne sont pas prêts, autant publier celui là ! 

Aujourd’hui je vous parle de « Nos petites inconséquences » de Alix Marin. J’avais reçu ce livre dans la dernière Box « dans ma bulle » que j’avais commandé. J’ai été chez le médecin ce matin et je me suis dit, pour faire passer le temps, que j’allais lire un petit peu. Est-ce que vous me croyez si je vous dis que j’ai eu le temps de lire la totalité du livre pendant mon attente interminable Dans la salle d’attente (Pour info, j’ai passé en tout et pour tout, 3H30 chez le docteur – j’ai lu ce livre en 3 heures). 

Let’s go !

Couverture du livre : Nos petites inconséquences

Crédits

Résumé : Et Si l’imprévu avait du bon ? France est la reine de l’anticipation, de la prévision et du contrôle. Sauf qu’elle n’avait pas prévu que le jour où elle se déciderait à dévoiler enfin ses sentiments à Jules, son meilleur ami, ce dernier la prendrait de vitesse en annonçant son mariage. Ce qu’elle n’avait pas prévu non plus, c’est qu’à son retour à Paris, Jules enverrait Émile, le meilleur ami de la future mariée, pour l’accueillir à l’aéroport. 
Résultat, elle se retrouve coincée avec ce rugbyman tout en muscles et en tatouages pour rejoindre en 4L le lieu de la cérémonie, à Bordeaux. 
Un long, très long voyage qui va vite se révéler plus plaisant qu’elle ne l’imaginait. Car Émile est vraiment charmant et… imprévisible !

Nombre de pages. 236 pages

Editions : H& / Harper Collins France

Date de parution : Décembre 2017

Note : 8/10

Mon avis : Un excellent 8/10 pour ce livre avec lequel j’ai passé un bon moment. Dans l’histoire, nous suivons les péripéties de France, qui réside aux USA mais qui revient vivre définitivement en France. Alors qu’elle s’attends à voir son meilleur ami à l’aéroport, elle tombe sur un charmant jeune homme qui lui fait de l’effet tout de suite, même si elle ne l’avouera qu’à la fin du livre ^^Miss Spontanéité hein ! Je ne peux pas parler, je me retrouve dans sa façon d’être : elle doit tout prévoir, l’imprévu lui fait peur et chamboule tout chez elle.  

Elle est drôle, plutôt jolie aussi, d’après la description qui nous ait faite de la part d’Emile – Parce que oui, ce livre se décompose en « parties » si on peut les appeler comme ça : un coup nous sommes dans la tête de France dit « princesse » pour les intimes et un coup nous sommes dans celle d’Emile dit « Viking ». J’ai bien aimé cette façon de raconter les choses parce que contrairement à d’autres livres que j’ai lu dans ce style de narration, l’histoire se suit (on n’a pas le point de vue de l’un puis de l’autre d’une même situation) : ici l’histoire suit sa cohérence, ce qui fait que le lecteur n’a pas besoin de revenir quelques pages en arrière pour comprendre où en est l’histoire – C’est de loin un très bon point !! 

La relation entre Emile et France est fusionnelle parce qu’ils sont attirés l’un par l’autre et faire le voyage Dans une 4L ça n’aide pas non plus je dois dire – Mais bon – choix des mariés oblige ! Ils doivent voyager dans la voiture de l’enfer ^^ Ils sont très vite proche l’un de l’autre et Emile a tendance a se montrer Jaloux dès qu’un mec regarde de trop Près sa princesse – Oui parce qu’il l’appelle comme ça – c’est mimi n’est-ce pas ? 

Bien évidemment, elle rentre en France dans l’espoir de détruire le mariage de son ami, mais on se rend compte que petit à petit, elle réfléchit et elle se dit que ça n’est finalement pas une si bonne idée que ça. Elle est et restera toujours présente pour son meilleur ami – mais il n’y a plus que de l’amitié entre eux maintenant. Arrive Ensuite Cecile, la fiancée de Jules, son meilleur ami – C’est bon ? Vous suivez encore ? (Au passage, j’adore ce prénom « Jules »). Avec France, elles ne peuvent pas s’encadrer – situation classique – mais après une bonne bagarre et quelques verres de vin, la situation se détend. 

En bref : une petite comédie romantique sympathique à lire quand vous n’avez rien d’autre à faire, pour faire passer le temps. Pour ma part, je trouve qu’on pourrait en faire un film, ça ne me dérangerait pas le moins du monde ^^Je serai la première à aller chercher mes places ^^

Sur ce, je vous fais des gros bisous ❤ 

See you ❤ 

Elodie