Disney·Lectures de la Semaine·Ma bibliothèque·Piles à lire·Point Lecture

#Lecture : « Ce rêve bleu », Liz Brazwell

Hello tout le monde ! 

J’espère que vous allez bien malgré le confinement. Dites moi un peu dans les commentaires si vous faites partie d’une région à risque ou non, ça m’intéresse. 

Bon, qui dit confinement, dit « petit-rattrapage-des-livres-à-lire-qui-sont-dans-ma-pile-depuis-un-certain-temps-maintenant » ^^. 

Ce matin, je me suis mise au soleil pendant une heure ou deux et j’ai pu terminer « Ce rêve bleu, Et Si Aladdin n’avait jamais trouvé la lampe magique ? » de Liz Brazwell. Ce livre fait partie de la série littéraire « twisted Tales » lancée par les éditions Hachette/Disney. 

Let’s go pour mon avis ! 

Crédits

RésuméEt si Aladdin n’avait jamais trouvé la lampe ?
Quand Jafar vole la lampe du Génie, il utilise ses deux premiers voeux pour devenir sultan et le plus grand sorcier du monde. Agrabah vit dans la peur, en attendant son troisième et ultime voeu. Pour stopper le dictateur, Aladdin et la princesse Jasmine doivent unir le peuple d’Agrabah et organiser une rébellion. Mais très vite, leur combat pour la liberté menace de créer une guerre civile… Ce rêve bleu explore une version sombre et audacieuse du classique d’animation Disney, Aladdin.

Date de parution : 9 mai 2019 en français et 2015 pour la version originale. 

Nombre de pages: 384 pages

Editions : Hachette, collection Disney

Genre : Disney, Fantastique, Aladdin

Note : 7/10

Mon avis : Je me souviens être passé dans les rayons de la FNAC et d’avoir eu envie de le prendre, déjà à Noël dernier. La quatrième de couverture me faisait envie et soyons honnête deux minutes, vu que j’adore Disney, bah j’étais un peu (beaucoup) obligée de l’acheter.

Comme je l’ai dit un peu plus haut, ce « tome » si on peut l’appeler ainsi, fait partie de la saga « Twisted Tales » (Littéralement, « les faux contes ») qui raconte l’histoire Version Disney d’une autre manière : plus sombre, plus « adulte ».

Ok, Disney  c’est d’abord pour les enfants, mais bon, en ayant grandi avec les grands classiques, bah je me dis que c’est aussi pour les adultes. En effet, tous les Disney ne sont pas forcément pour les enfants (Prenez Taram et le Chaudron magique par exemple, pourquoi ce dessin animé, pourtant considéré comme un classique, n’a-t-il pas atteint le public ? Tout simplement parce qu’il est beaucoup beaucoup plus sombre que tous les Disney réunis). Bref, une fois la parenthèse refermée, revenons à ce qui nous intéresse vraiment : la lecture de « Ce rêve Bleu ». 

Le livre débute par un prologue dans lequel on nous présente un peu la jeunesse d’Aladdin (apparaissent des nouveaux personnages qui n’apparaissent pas dans le dessin animé : Sa mère, Morgiana et Duran ainsi que d’autres personnages qui auront un rôle à jouer dans l’histoire). 

L’histoire racontée par Liz Brazwell est celle racontée par Disney dans le dessin animé, du moins, au début : Aladdin, voleur se retrouve enfermé dans le palais par Jafar qui se transforme en vieillard pour le convaincre de lui ramener la lampe magique. Ok, jusque là tout le monde suit. Jasmine se promène dans les Rues D’Aghraba sans escorte. Bref, vous voyez le début du dessin animé ? Vous visualiserez sans peine le début du livre. 

Tout change à partir du moment où Aladdin se trouvant dans la Grotte, donne à Jafar /  le vieillard la lampe. Souvenez-vous, dans le dessin animé, Aladdin réussit à récupérer la lampe des mains de Jafar.

Or, ici, l’histoire est différente. C’est Jafar qui récupère la lampe. 

Et là, c’est le début des ennuis pour Aladdin : Pourquoi avoir été choisi alors que n’importe quel Vaurien aurait fait l’affaire ? Tout simplement parce que Jafar, qui rappelons-le est un sorcier « sait » que ce jeune homme causera sa perte. Donc, il pense qu’en le tuant, tout sera réglé et que personne ne pourra se mettre au travers de son chemin. 

Contrairement au dessin animé, le Sultan (père de Jasmine) se soucie peu de son peuple qui meurt de faim. Une fois que Jafar possède la lampe,  il demande immédiatement que le génie présent dans ladite lampe exauce ses 3 voeux

  • Devenir sultan à la place du Sultan –> En passant par une petite humiliation publique du sultan en place
  • Devenir le plus grand sorcier de l’univers 
  • Que Jasmine l’aime d’un amour inconditionnel 

Si les 2 premiers voeux sont exercés quasi-instantanément, le dernier en revanche fait partie de ce que le génie ne peut pas faire : il ne peut pas forcer quelqu’un à aimer quelqu’un d’autre (cela irait contre les lois de la magie). Pendant tout le livre, Jafar souhaitant épouser Jasmine pour asseoir son pouvoir de sultan, va se perdre dans sa folie allant jusqu’à « ressusciter » les morts qu’il sème. 

Si, au début de l’histoire Jafar est « un meilleur sultan » que son prédécesseur, Aladdin et ses amis se rendent vite compte que le Sultan ne sera pas toujours bon et généreux et qu’il se conduit en dictateur avec les sujets qui ne le respectent pas. Il va également marquer ses serviteurs au sens littéral. 

Donc, on est loin de l’histoire d’Aladdin et Jasmine telle qu’on la connaissait jusqu’ici. Dans le livre, Jasmine, Aladdin et leurs amis sont à la tête de la rébellion contre Jafar. Jasmine est intelligente, soucieuse de ses sujets, stratège mais aussi impulsive et désire se venger de tout ce que Jafar lui a fait subir. 

Aladdin a cependant la tête sur les épaules et lui aussi est intelligent. Il ne cesse de vivre sous le précepte que lui enseignait sa mère « tu es libre de tes choix« . 

Est-ce que je vous recommande le livre ?
Oui parce qu’il fait passer le temps. Ca n’est pas de la très grande littérature, mais si comme moi vous aimez Disney et que vous êtes curieux, alors pourquoi pas vous laisser tenter par ce livre ? D’autant plus qu’il peut être lu par les adolescent(e)s comme par les adultes. C’est un livre réaliste, avec de la magie bien entendu, mais réaliste quand même. 


Je vais vous laissez là pour cet article. N’hésitez pas à me dire dans vos commentaires s’il vous intéresse, si vous l’avez lu ou s’il est sur votre pile ou même encore si vous n’êtes pas intéressés par ce genre de Livre.

Dans tous les cas, je vous fais des bisous

See you ❤ 

Elodie 

Ces livres à lire·Lectures de la Semaine·Ma bibliothèque·Piles à lire·Point Lecture

#Lecture : Le saut de l’ange, Lisa Gardner

Hello tout le monde !

Comment ça va depuis le temps ? Cela fait un moment que je n’ai pas écrit et pour cause, je ne savais pas sur quoi écrire. Je trouve des idées au fur et à mesure, et je prépare les articles dans la foulée – comme ça je n’oublie rien. 

Aujourd’hui je vais vous parler de ma dernière lecture : « Le saut de l’ange » de Lisa Gardner.

Let’s go !

Crédits

Résumé : Nuit noire et pluvieuse sur le New Hampshire : au détour d’une route, une voiture fait une violente embardée. Au volant, Nicole ne se souvient de rien, sauf d’une chose : sa fille, qui était avec elle, a disparu. Si les recherches de la police confirment la présence d’une autre personne lors de l’accident, le mari de Nicole prétend que l’enfant n’a jamais existé… Qui croire ? Que s’est-il réellement passé cette nuit-là ?

Date de parution : 2017 au format broché et 2019 au format Poche.

Editions : Le livre de poche

Genre : Thriller, drame, Policier

Nombre de pages : 522 pages

Note : 8,5/10

Mon avis : Si vous me lisez depuis quelques temps maintenant, vous savez que je ne raffole pas spécialement des thrillers et des policiers. Pourtant, cela fait maintenant plusieurs fois que j’achète des policiers à chaque fois que je me rends dans une librairie.

{Je reste néanmoins avec des auteurs déjà lus et dont je connais le style d’écriture}. 

Dans le saut de l’Ange, nous suivons Nicole Frank, victime d’un accident de la Route. Une enquête banale somme toute : un accident de la route, une femme en état d’ivresse.

L’histoire est racontée du « point de vue » de Nicky. Je mets des guillemets car Nicky parle beaucoup de Véro (et on ne sait plus trop quel âge elle a : si c’est une petite fille, une adolescente ou une « pré-femme »). Elle « parle » beaucoup (notamment dans sa tête), avec Véro : au début de la lecture, on ne sait pas trop si cette Véro est réelle ou si elle sort tout droit de « l’imagination » de Nicky qui a subi pas moins de 3 traumatismes crâniens et commotions cérébrales en 6 mois.

D’un banal accident de la route, on se trouve emportés dans une chasse au passé. Elle est perdue dans ses souvenirs et ne se souvient pas si ce sont des souvenirs ou des flashback de son enfance. Je dois avouer que c’est perturbant au début et ensuite, on s’y fait. 

Concrètement, la narration est contée sur 2 ou 3 jours pour mener une enquête hors du commun : en effet, pendant ce laps de temps, les enquêteurs découvrent une histoire de moeurs impliquant notamment des enfants et des violences conjugales. Histoire qui remonte à plus de 30 ans. 

Je dois dire que Lisa Gardner a très bien écrit son livre. En effet, toutes les « certitudes » que vous croyez acquises au fil de la lecture tombent une à une. Au début on aura tendance à se dire « ah oui effectivement c’est possible » puis on enchaine avec « C’est quand même un peu tiré par les cheveux non ? » et « Puis finalement pas tant que ça … ».
Bref, on est plongé au coeur de la lecture et
il est difficile de s’arrêter de lire. 

Pour ma part, je lisais ce livre sur ma terrasse au soleil, le matin pendant une heure ou deux et il m’est arrivé d’attraper un coup de soleil tellement j’étais prise dedans ! 

Tous les personnages qui sont « rencontrés » au cours de l’enquête jouent un rôle, même minime dans l’histoire. Tous, sans exception. 

Je ne veux pas vous spoliez davantage le livre. 

En conclusion : Est-ce que je vous recommande ce livre ? tout à fait. Ne serait-ce que pour l’écriture et le suspense. Jusqu’au bout on essaie de comprendre comment une personne disparue trente ans plus tôt peut refaire surface d’un seul coup. Les derniers chapitres nous donnent enfin la solution de cette énigme et j’avoue, pour le coup, je m’y attendais un peu (j’ai compris qui était qui au fil des derniers chapitres, quand les souvenirs de Nicky deviennent plus cohérents). 

Vous avez un peu de temps à tuer ? n’hésitez pas à vous lancer dans la lecture de ce livre. 


Ce sera tout pour cet article, 

Je vous fais des bisous, je vous dis à bientôt 

See You ❤

Elodie 

Disney·Point Lecture

#Lecture : Miroir, Miroir de Séréna Valentino

Hello tout le monde ! 

Comment ça va en cette deuxième semaine de confinement ? Vous aussi vous n’en voyez plus la fin ou il n’y a que moi ? Je tourne en rond. Et du coup je lis, beaucoup. 

Aujourd’hui je vous parle de « Miroir, Miroir » de Serena Valentino

Let’s go ! 

Crédit 

RésuméLa Méchante Reine n’a pas toujours été mauvaise.

Lorsque meurt la mère de la princesse Blanche-Neige, c’est sur la tête de cette jeune fille que le roi éploré vient déposer la couronne. Entourée par l’amour du roi et de cette petite fille qu’elle aime comme sa propre enfant, la nouvelle reine s’épanouit.

Malheureusement, la guerre éclate, et le roi y laisse la vie. Le cœur de la reine se brise, se flétrit. Elle est seule, à la merci d’un miroir maudit qui lui rappelle son enfance malmenée par un père détestable.

Chaque jour qui passe l’éloigne de Blanche-Neige, chaque jour, la reine tombe sous la coupe du miroir. Jusqu’au matin où Blanche-Neige devient la plus belle de toute, et où la reine réclame son cœur…

Date de parution : 24 août 2016 – Réédité en 2020

Editions : Disney – Hachette 

Nombre de pages : 207 pages. 

Thème : Disney

Note : 6/10

Mon avis : Alors, ce qu’il faut savoir c’est que Miroir, Miroir fait partie de la série « Disney Villain » écrite par Serena Valentino. Il FAUT impérativement lire les livres dans l’ordre de sortie d’après ce que j’ai compris. Sinon, on risque de ne pas comprendre l’histoire. 

Donc, Miroir Miroir raconte l’histoire de « The Evil Queen », la méchante reine de Blanche Neige. Tout le monde connaît l’histoire de Blanche-Neige : sa beauté jalousée par sa belle-mère qui semble être une vraie marâtre, chassée par elle et sauvée par des nains et son prince Charmant (Qui accessoirement n’a pas de nom – Il s’appelle juste « Prince Charmant » déjà c’est louche). 

Je vais être franche avec vous : Blanche-Neige, même s’il s’agit du 1er Chef-d’oeuvre des studios Disney, il est loin d’être mon préféré. Dans le dessin-animé, Blanche-Neige est complètement nunuche sans déconner ! Bref, revenons à notre livre. 

Miroir Miroir, c’est donc l’histoire de la belle-mère de Blanche-Neige. C’est bien un Disney : tout est beau, dans le meilleur des mondes. Dans l’histoire narrée, La belle-mère de Blanche-Neige est peu sûre d’elle, persécutée par son père depuis son enfance. Un père qui lui fait payer le fait que son épouse soit morte en couche. 

Son père est le miroitier du royaume. En cadeau de mariage, son époux lui offre un miroir et oh, surprise, il s’agit d’un miroir enchanté. Bon, jusque là tout le monde connaît l’histoire. 

SPOILER ALERT : Dans le miroir, se trouve l’âme de son père.

Ouep, j’avoue que celle-là je ne l’avais pas vu venir. Mais en y réfléchissant bien, c’est cohérent avec l’histoire racontée. La petite fille malmenée par son père qui cherche désespérément un soutien. La phrase « Miroir, Miroir dit moi qui est la plus belle » qu’on connaît tous serait donc une phrase de son passé : son père lui répétait sans cesse qu’elle était laide ! Bonjour la confiance en soi à l’âge adulte hein. 

Bref, on a une fille mal dans sa peau, adorable qui est belle mais qui se sent laide. Miroir Miroir c’est l’histoire d’une jeune fille qui devient reine, rencontre l’amour de sa vie et qui, par manque de confiance en elle, va se trouver à commettre l’irréparable pour être la plus belle d’entre toutes. Eliminer toute forme de « concurrence » devient le principal but de sa vie. 

La mort de l’amour de sa vie, le père de Blanche-Neige, la fait vriller complètement. On pourrait dire qu’elle est « folle ». Folle de chagrin, Folle d’amour, folle de jalousie. 

L’histoire me rappelle la série « Once upon a time ». Si vous ne l’avez jamais vu, je vous la conseille fortement ! Surtout pour les fans du monde de Disney !.

SPOILER ALERT 2 : Quant à la fin du livre, je vous avouerai que je ne m’y attendais pas. Je l’ai trouvé toute mignonne. A l’image de Disney, tout est bien qui finit bien. 

Est-ce que je vous le recommande ? Je suis quand même mitigée parce que je connaissais l’histoire. J’ai bien aimé l’histoire en général – c’est un bon petit livre, qui se lit très rapidement. 

Si vous avez une heure ou deux à tuer pour faire passer le temps, n’hésitez pas. 


Je vais vous laissez ici pour cet article. 

Je vous fais des bisous ❤

See you 

Elodie 

Piles à lire·Point Lecture

#Lecture : Criminelles, Le mal au féminin – Pierre Bellemare et Jean-François Nahmias

Hello tout le monde !

J’espère que vous allez bien en ce 4e jour de confinement. Je vous avouerai que je commence à trouver le temps long. Une fois que le ménage, le linge et le rangement sont fait, je colorie ou je m’occupe en faisant des puzzles. Mais je vous avoue que je ressens un frénétique besoin de bouger.

Je suis plutôt du genre casanier, mais là je vous avouerai que je suis ravie de prendre un peu le soleil sur ma terrasse me rempli de la plus grande joie possible. 

Il faut bien trouver à s’occuper pendant 15 jours. Du coup, j’en profite pour lire et mettre jour la pile à lire que j’ai et qui je l’avoue, depuis le début du confinement, diminue doucement mais sûrement. 

Aujourd’hui, comme vous l’avez vu dans le titre, je vais vous parler des histoires Criminelles racontées par Monsieur Pierre Tchernia : « Criminelles – Le mal au féminin, les femmes tueuses à travers les siècles ». 

Let’s go !

Crédits

RésuméA l’heure où les femmes occupent une place grandissante dans la société, il y a un domaine, dont on parle peu: celui du crime. Tout au long de ces trente-six histoires, on s’apercevra que ces dame n’ont rien à envier à leurs collègues masculins dans la perversité et dans l’horreur.

On y retrouvera des personnages connus, comme l’impératrice Messaline, qui, au 1er siècle de notre ère, a multiplié les amants et les meurtres, ou la marquise de Brinvilliers, qui a empoisonné toute une partie de sa famille. Mais à côté de ces noms célèbres, on en découvrira d’autres, qui les ont bien souvent dépassés dans le crime. comme Belle Gunness, dite « Madame Landru », qui attirait les hommes en leur proposant le mariage par petites annonces; jeanne Weber , « l’ogresse de la Goutte-d’Or », étrangleuse d’enfants; ou encore Violette morris, la gestapiste tortionnaire, Isle Koch, surnommée « La chienne de Buchenwald », Germaine Leroy, la dernière femme guillotinée en France et Mary Bell, tueuse en série à l’age de 11 ans. Enfin, on ne saurait oublier la plus grande criminellle de tous les temps, la COmtesse Erzébeth Bathory, qui, au XVIème siècle, dans son château des Carpates, a tué de sa main ou fait exécuter par des complices entre 600 et 700 jeunes filles, par pur plaisir sadique…

Date de parution : 2018

Nombre de pages : 445 pages.

Editions : J’ai lu

Note : 10/10

Mon avis : Bon, vu la note je n’ai pas grand chose à dire. Comme d’habitude, les histoires racontées par Monsieur Bellemare sont géniales, apprend plein de choses. Ici, il s’agit des femmes tueuses à travers les siècles et à Travers les pays.

Les histoires sont courtes mais assez longues pour que l’on comprenne ce qu’il s’est réellement passé dans leur tête ou du moins, pour qu’on tente de comprendre. C’est un livre de 445 pages qui se lit relativement vite. Certaines histoires, je les connaissais et j’ai été ravie de connaître l’autre partie. Ravie étant un bien grand mot, mais étant juriste de formation, j’aime beaucoup tout ce qui touche, de près ou de loin au droit pénal (ça fait très légèrement psychopathe, mais je suis certaine que je ne suis pas la seule à aimer ce genre de bouquin ou d’émission ^^). 

Encore Une fois, Pierre Tchernia raconte les histoires comme s’il vous lisait une histoire le soir avant de vous endormir … Sauf qu’ici, les histoires sont glauques c’est quand même le cas de le dire. 

Je ne vois pas ce que je peux vous dire de plus. Les « histoires » racontées dans ce livre vous permettront je pense d’augmenter encore un peu plus votre culture G, comme se fut le cas pour moi. 


Sur ce, les amis, je vous souhaite une bonne nuit. 

Je vous fais des bisous et je vous retrouve bientôt. 

See you ❤

Elodie 

Ces livres à lire·J'ai bien aimé·Ma bibliothèque·Point Lecture

#Lecture : T’en souviens-tu mon Anaïs ? – Michel Bussi

Hello tout le monde !

Comment ça va en ce 2e jour de quarantaine ? Pour ma part, j’en profite pour faire tout ce que je ne peux pas faire pendant le reste du temps : je colorie, je lis, j’avance dans mes projets.

Aujourd’hui je vais vous parler d’une de mes lectures récentes : « T’en souviens-tu mon AnaÏs ? et autres nouvelles » De Michel Bussi.

Let’s go !

Crédits

Résumé :

Voilà treize jours qu’Ariane a posé ses valises dans cette villa de la côte d’Albâtre. Pour elle et sa fille de 3 ans, une nouvelle vie commence. Mais sa fuite, de Paris à Veules-les-Roses, en rappelle une autre, plus d’un siècle plus tôt, lorsqu’une fameuse actrice de la Comédie-Française vint y cacher un lourd secret. Se sentant observée dans sa propre maison, Ariane perd peu à peu le fil de la raison…

Bienvenue au pays de Caux, terres de silences, de pommiers et de cadavres dans les placards…

Date de parution : 4 janvier 2018

Nombre de pages : 300 Pages.

Editions : Pocket

Thèmes : Enquête

Note : 8/10

Mon avis : Lorsque j’ai acheté le livre, je n’avais pas lu « et autres nouvelles ». Donc, je m’attendais à un petit roman. Je suis une grande fan de Michel Bussi. J’aime beaucoup ce qu’il fait. Bon j’avoue, j’étais assez réticente à acheter ce livre dans la mesure où le titre ne m’attirait guère. Et puis un jour, je suis passée devant et j’ai craqué.

L’avantage de ce livre c’est qu’il se lit vite. Le livre est composé de 4 petites nouvelles. A l’heure où j’écris cet article je n’ai pas lu les 2 dernières nouvelles. Par conséquent, je n’écrirais que sur les 2 premières. 

Le livre se compose des nouvelles suivantes :

  • T’en souviens-tu mon Anaïs ? 
  • L’armoire Normande
  • Vie de Grenier 
  • Une fugue au paradis. 

C’est parti pour mon avis sur les 2 premières nouvelles

  1. T’en souviens-tu mon Anaïs ? 

J’ai beaucoup aimé cette nouvelle. Au fil de l’histoire, j’ai anticipé une partie de la chute. L’autre partie, je ne l’avais pas vu venir en revanche. Il est vrai que Bussi est un très bon auteur. On cherche quand même le fin mot de l’histoire. Pour ma part, j’ai eu des frissons avec toute cette histoire de « je me sens épiée partout dans ma maison ». Je suis une grande flipette moi ^^ Généralement, tout ce qui est irrationnel je ne le comprends pas et j’ai horreur de ça, puisque je n’arrive pas à l’expliquer. Or, ici, il y a une explication à tout heureusement.

L’histoire est très bien menée, pour arriver jusqu’au dénouement. Concernant ledit dénouement, je vous avouerai que je m’attendais à une partie de celui-ci. C’est le secret « classique » … en revanche, l’autre partie je suis restée sur les fesses.

J’étais tellement dans ma lecture que j’ai oublié de descendre à mon arrêt ^^ Pour vous dire à quel point j’étais concentrée dedans. 

2. L’armoire Normande. 

Là, c’est l’histoire d’un Couple de Parisien qui va passer un weekend en amoureux dans un espèce de AirBnb avec un bonhomme assez spécial. Ils sont séduits par une armoire Normande à laquelle ils ne doivent impérativement pas toucher. 

Bon on est d’accord, ce qui devait arriver, arriva : ils touchent à l’Armoire Normande et là boum ! Quel dénouement. Pas certaine que mon esprit de juriste apprécie beaucoup mais en revanche mon esprit lectrice a beaucoup aimé cette histoire. 

J’ai bien ri lors de la chute. Je vous la conseille fortement. 


Concernant les 2 autres histoires, comme je vous l’ai dit, je ne les ai pas encore lues. Je mettrai cet article à jour lorsque ce sera fait. 

Je vous souhaite une bonne soirée les amis ! 

Je vous fais des bisous 

See You ❤

Elodie